PARTAGER
Le très attendu rapport mondial sur les droits de l’homme à travers le monde, réserve une partie au Maroc, qui, une fois de plus, ne se montre pas sous son meilleur jour dans un domaine où il ne rejoint toujours pas au titre de 2016, les bons élèves.
Dans ce rapport sans concessions et objectif sur le royaume, l’ONG internationale Amnesty, dresse un tableau sombre qui repousse tous les espoirs d’une amélioration de la situation. Il y déplore les failles du système judiciaire sur le registre de la liberté d’expression, de réunion, d’association et déplore les cas de torture toujours existants ainsi que des morts en détention.
Sont également pointés du doigt, les traitements violents réservés aux manifestants au moment de la dispersion, les poursuites contre les journalistes et leur harcèlement alors que la loi interdisant les relations hors mariage entre personnes de sexe opposé est toujours en vigueur tout comme subsiste la discrimination à l’égard de la femme dans la législation et la pratique.
Sur le volet socioéconomique, le rapport retient la persistance de foyers à risques où se multiplient les revendications de la population, comme à Al Hoceima et Sidi Bibi près d’Agadir, théâtres de manifestations importantes. qui peuvent toujours dégénérer à tout moment.
Le rapport n’est pas tendre avec le maroc et c’est le moins que l’on puisse dire.

Commentaires