PARTAGER
Dure journée pleine d’incertitudes pour les services de sécurité de plusieurs pays de la Méditérrannée et du Moyen-Orient après le détournement d’un avion de la compagnie « Egyptair » avec une cinquantaine de passagers à bord par un égyptien, un professeur d’université égyptien, alors que l’appareil, un Airbus A 320 assurait la liaison interne entre les villes d’Alexandrie et du Caire. L’homme, pris au départ pour un terroriste au service de « Daech », ce qui a fait craindre le pire toute la matinée, avait pris le contrôle de l’appareil sous la menace de le faire exploser en se disant armé d’une ceinture d’explosifs et déterminé.
Après avoir fait diriger l’appareil vers Chypre qui a accepté de l’accueillir sur la piste de l’aéroport de Larnaca, l’homme s’est mis à libérer les passagers au compte-goutte, tenant des propos incohérents avec la tour de contrôle sur ses réelles motivations et ses conditions pour ne pas faire exploser l’appareil. Il demandera enfin la libération des prisonniers d’opinion en Égypte puis se ravisera par la suite pour ne plus demander que la présence de son ancienne épouse chypriote dont il était séparée pour lui remettre une lettre. Il s’est avéré, heureux dénouement, que l’homme n’était pas un terroriste et qu’il voulait tenter une réconciliation avec son ex qui s’était rendue à l’aéroport pour lui demander de se rendre en échange de la promesse de parler de leur divorce. L’homme, qui risque gros, souffrait probablement d’une sévère dépression après sa séparation avec cette dernière

Commentaires