PARTAGER

Une nouvelle étude, réalisée par la psychologue Tara Marshall, nous prouve une fois de plus qu’espionner son ancien partenaire sur les réseaux sociaux est une très mauvaise idée.

Même si l’on sait que c’est mal, difficile de résister à la tentation. Après une séparation, de nombreuses femmes se rendent sur le profil Facebook de leur ex afin de voir ce qu’il fait, s’il a une nouvelle copine ou tout simplement pour savoir s’il est heureux sans elles (le crime absolu). Mais pourquoi ce geste est-il malsain? D’après une nouvelle étude menée par la psychologue Tara Marshall, maître de conférences dans une université anglaise, cela entraverait notre capacité à se remettre de la rupture.

Scruter la page de son ancien compagnon peut entraîner un sentiment plus prononcé de solitude et de dépression. Cela pourrait même créer une angoisse psychologique indescriptible dans certains cas. « J’ai remarqué que cette sorte de surveillance était associée avec une plus grande détresse, des sentiments prolongés pour le partenaire, davantage de désir sexuel pour lui mais aussi de pensées négatives à son égard et enfin un développement personnel moindre », indique Tara Marshall à Quartz.

D’après la psychologue, un tiers des internautes regardent le profil de leur ancien partenaire au moins une fois par semaine après avoir rompu. Selon elle, les individus qui ont une faible estime d’eux-mêmes, qui ont peur d’être rejetés ou qui sont très jaloux sont plus susceptibles d’épier leur ex sur Internet. Et lors d’une séparation, Facebook ne nous aide pas vraiment à décrocher. Le réseau social garde en effet une trace de vos faits et gestes, plus vous regardez la page de votre ex, plus ses publications apparaîtront régulièrement dans votre fil d’actualité. Un cercle vicieux qu’il vaut mieux briser rapidement.

Commentaires