POURQUOI LES MAROCAINS DÉPRIMENT AUTANT EN CET ÉTÉ 2014 ?

POURQUOI LES MAROCAINS DÉPRIMENT AUTANT EN CET ÉTÉ 2014 ?

354
0
PARTAGER

 

Il faut dire que depuis toujours, la majorité des marocains ne voyagent pas en été faute de moyens pour se déplacer à travers leur pays, encore moins à l’étranger. Les conditions très décourageantes d’octroi d’un visa sont à elles seules une barrière si infranchissable que le seul fait d’y penser n’est plus permis. Mais les raisons de cette grosse déprime sont à chercher ailleurs, surtout dans la cherté de la vie.

Tout augmente à la moindre occasion qui se présente et les fins de mois deviennent impossibles à tenir en raison de cette flambée. Une bonne partie des couches les moins favorisées ne tient qu’à coups de formules de crédits difficilement remboursables qui les plongent dans un cercle vicieux dont il est difficile de sortir la tête et avec des accumulations de dettes qui plongent les responsables de familles dans le désespoir.

un autre signe révélateur de cette morosité ambiante: l’été qui est habituellement signe de mariages fêtées en grande pompe a vu cette année leur nombre fondre au soleil avec une chute des célébrations visibles sur les terrasses des quartiers populaires et les tentes caidales plantées dans le voisinage. De mémoire de marocains, il y a bien longtemps que l’on avait pas assisté à un tel phénomène annonciateur de jours sombres.

Si les marocains n’ont pas la tête aux vacances, c’est qu’ils préfèrent penser aux dépenses de la rentrée scolaire pour aller procéder aux achats de livres et autres fournitures en plein été pour répartir les dépenses, se contentant d’amener leurs progénitures aux plages et piscines publiques dans leurs villes de résidences.

Sur un tout autre plan et alors que le rêve de toute famille marocaine est de disposer d’un habitat décent comme bien immobilier , il est de notoriété publique que l’engouement initial pour le logement social qui avait trouvé preneur au début du lancement de son offre par les promoteurs étatique ou privés, s’est progressivement dissipé laissant vides et sans acquéreurs des centaines de milliers d’appartements vides, l’offre dépassant largement la demande, alors que paradoxalement, plus des deux tiers des marocains ne possèdent pas de logements.

La rentrée qui s’annonce déjà avec une nouvelle vague d’augmentations sur certains produits de grande consommation en raison des hausses des coûts de transport et services comme l’eau et l’électricité ne sont pas pour laisser espérer une amélioration du moral des marocains aux revenus moyens ou modestes.

Jalil Nouri

Actu-maroc.com ________________________________________________________

Commentaires