PARTAGER

Salaheddine Mezouar a tenu sa première conférence de presse en tant que Président de la Conférence des Parties, quelques heures seulement après la passation officielle entre la COP21 et la COP22. Pour cette première prise de parole, le Président de la COP22 a tenu à remercier les Parties pour leur confiance et rappelé l’orientation résolument tournée vers l’action de la COP22.

Durant son intervention, Salaheddine Mezouar a ainsi souligné l’engagement mondial pour l’action climatique, amplifié par l’urgence de passer à l’action et la mobilisation sans précédent qui ont permis la ratification de l’Accord de Paris par 100 parties en un temps record. « Tout le monde s’est approprié le terme de la COP de l’Action », a-t-il précisé, rappelant que la Conférence de Marrakech a un rôle primordial à jouer pour poursuivre la mobilisation et l’implication de l’ensemble des Parties.

Faisant référence au discours Royal à l’occasion du 41ème anniversaire de la Marche Verte, le Président de la COP a souligné que «Sa Majesté Mohammed VI a rappelé dans son discours l’engagement du Maroc pour que la COP de Marrakech soit celle de l’Action et de la mise en œuvre des engagements. Il a également réaffirmé qu’elle sera la COP de l’Afrique, des pays les moins avancés et des pays insulaires.»

S’exprimant au sujet de la cérémonie d’ouverture de la COP22, Salaheddine Mezouar a salué l’esprit positif qui domine la conférence, un esprit qu’il a jugé « propice pour mener les négociations dans une ambiance sereine et réaliser d’importantes avancées pendant cette conférence».

Répondant aux questions des journalistes présents dans la salle, Salaheddine Mezouar a tenu à rappeler les avancées réalisées sur plusieurs sujets clés de l’action climatique.

Il a ainsi précisé que « nous avons beaucoup avancé sur la création de réseaux d’expertise pour le renforcement des capacités ».

Le Président de la COP22 a expliqué à ce sujet que «les expertises existent un peu partout dans le monde, mais elles ne sont pas toujours reliées. Avec le comité scientifique, nous avons fait ce travail pour créer des réseaux d’expertise».

Sur le sujet du financement, dont une grande partie est généralement canalisée vers les projets d’atténuation, Salaheddine Mezouar a affirmé que «la question de l’adaptation est prise en charge dans la structuration du financement», et a ajouté que « la dynamique de Marrakech et le travail que nous ferons en 2017 permettront au financement de devenir plus fluide ».

Il a également tenu à rappeler les attentes des pays en développement dans ce contexte, précisant que «les pays les moins avancés demandent de clarifier le mécanisme de financement, l’aide au renforcement des capacités et l’accès à la technologie.»

Enfin, Salaheddine Mezouar a tenu à réitérer l’engagement de la présidence marocaine de la COP22 à «faire tout ce qui est en son pouvoir pour faciliter le rapprochement des points de vue entre Parties».

Commentaires