Présidentielle américaine : les premiers résultats déstabilisent les marchés financiers mondiaux

Présidentielle américaine : les premiers résultats déstabilisent les marchés financiers mondiaux

784
0
PARTAGER
Les employés de la bourse de Tokyo suivent les résultats des élections américaines, en direct.

Les résultats favorables au candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump faisaient dévisser les marchés américains mardi 8 novembre soir, dans les contrats à terme. Vers 22 h 10 à New York (4 h 10 en France), le contrat à terme sur l’indice Dow Jones chutait de près de 630 points, cédant 3,42 % tandis que celui sur l’indice S&P 500 glissait de 4 % en abandonnant 85 points.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo, qui avait ouvert sur une hausse modérée mercredi 9 novembre avant d’hésiter, chutait de 4,99 % à la mi-journée alors que l’issue du scrutin présidentiel américain restait extrêmement incertaine. A la pause déjeuner, l’indice Nikkei des 225 valeurs vedettes lâchait 856,46 points à 16.314,92 points.

De son côté, la Bourse de Hongkong abandonnait 3,49 %. L’indice composite Hang Seng cédait 800,56 points à 22.108,91 points.

Lire aussi :   Pourquoi les marchés ont peur de Donald Trump

Le peso mexicain considéré comme un « thermomètre Trump »

Du côté des devises, le peso mexicain est tombé mercredi, dans les échanges asiatiques, à son plus bas niveau historique, les cambistes redoutant une victoire de Donald Trump à l’issue d’une course à la Maison Blanche qui s’annonce serrée.

La monnaie mexicaine, baromètre de l’opinion des marchés ces dernières semaines sur l’issue du scrutin présidentiel américain, dévissait à 20,3195 pesos pour un dollar, contre 18,1634 pesos un peu plus tôt.

« L’élection est cruciale non seulement pour le peso mexicain, mais pour le Mexique, a commenté pour l’agence Bloomberg Juan Carlos Rodado, spécialiste de l’Amérique latine chez Natixis à New York. Ce scrutin pourrait déterminer l’avenir des échanges entre les deux pays et remettre en question 20 ans d’intégration économique. »

Dans un même mouvement, le dollar tombait pour sa part à 101,46 yens, contre 105,24 yens. L’euro était bien orienté face au billet vert, grimpant à 1,1222 dollar, contre 1,0989 dollar auparavant.

L’or, valeur refuge

Dans ce contexte, l’or, valeur refuge, s’est nettement apprécié, à 1 323,17 dollars l’once, contre 1 268,30 dollars en début de matinée. Les investisseurs se précipitaient aussi sur le marché de la dette : le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans reculait à 1,729 %, contre 1,867 % quelques heures auparavant.

A noter enfin, le déclin des cours du pétrole. Le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, fléchissait de 1,67 dollar à 43,31 dollars et le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, cédait 1,46 dollar à 44,58 dollars.

« Les prix de l’or noir subiront une correction si Donald Trump est élu, a affirmé Hong Sung Ki, spécialiste basé à Séoul des matières premières chez SamsungFutures Inc. L’impact sur les cours pourrait être plus fort que l’effet Brexit. »

« Pour la seconde fois cette année, il semble que les marchés aient livré de mauvais pronostics. En juin, ils avaient tablé sur un maintien du Royaume-Unidans l’Union européenne [UE], cette fois ils pariaient sur une issue favorable[aux Etats-Unis] avec la victoire de Clinton, et ils ont peut-être eu tort », a réagi mercredi dans une note Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Commentaires