Présidentielle américaine: Mitt Romney à la conquête des conservateurs

Présidentielle américaine: Mitt Romney à la conquête des conservateurs

309
0
PARTAGER

La Conférence politique des conservateurs (CPAC), rassemblement annuel de conservateurs américains qui forment le noyau dur des électeurs républicains, est un baptême de feu pour le multimillionnaire Romney venu à la rencontre d’un public loin de lui être acquis quand il ne lui est pas franchement hostile.

Il y a quatre ans, en pleine campagne pour l’investiture républicaine, l’ancien gouverneur du Massachussetts y annonçait son retrait de la course et s’y était fait huer.

Vendredi matin, l’ultraconservateur Rick Santorum, lui, y a été acclamé. Galvanisé par ses trois dernières victoires dans le Minnesota (Nord), le Missouri (Centre) et le Colorado (Ouest), ce catholique décomplexé et traditionaliste est devant le CPAC comme un poisson dans l’eau.

« Je vous connais et vous me connaissez », a-t-il lancé: « Nous, conservateurs et militants du +tea party+, nous ne sommes pas une minorité du parti républicain. Nous sommes le parti républicain ».

Sans jamais prononcer le nom de Mitt Romney, l’ancien sénateur de Pennsylvanie (nord-est) s’est pourtant livré à une attaque en règle de ce candidat « girouette », comme le nomment les conservateurs.

Certes Obama et ses « échecs » doivent être la cible principale des républicains, mais Rick Santorum s’en est aussi pris à un certain « beau-fils d’Obama, cette personne du Massachusetts qui a mis en place le plus grand système d’assurance-santé établi par un Etat aux Etats-Unis », une pique en direction de Mitt Romney.

Ce dernier, dont la campagne est mieux financée et organisée et qui bénéficie du soutien des cadres du parti, devait s’exprimer peu après Rick Santorum.

Dans une interview donnée la veille sur Fox News, le multimillionnaire s’est montré confiant sur sa capacité à convaincre les conservateurs.

« J’ai le bilan d’un conservateur convaincu sur des sujets qui comptent et je vais le rappeler demain au CPAC », a-t-il assuré.

« J’ai remporté le vote des conservateurs du New Hampshire, des conservateurs de Floride et des conservateurs du Nevada », a-t-il ajouté. « Je ne dirais donc pas que je n’ai pas un bon soutien de la part des conservateurs.

De fait, les trois derniers scrutins de cette semaine ne changent rien dans la course aux 1.114 délégués nécessaires pour obtenir l’investiture du parti. D’après CNN, Mitt Romney, grâce à sa victoire dans l’Etat très peuplé de Floride, pouvait dès mardi compter sur 106 délégués, Newt Gingrich sur 38 et Rick Santorum sur 22.

Le président du puissant lobby des armes, la National Rifle Association (NRA), David Keene, également membre du conseil d’administration de l’association des conservateurs républicains, qui organise le CPAC, estime que le parti reste toujours hésitant au sujet de Mitt Romney.

« Il rassemble de plus en plus de conservateurs lors des primaires, mais il n’est toujours pas parvenu à conclure un accord avec de nombreux militants », a-t-il expliqué.

AFP__________________

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires