Maison A la une Presse électronique au féminin

Presse électronique au féminin

621
0
PARTAGER

L’impact des nouvelles technologies de communication est bien visible dans la presse écrite, et tout particulièrement, dans la presse féminine électronique qui, en plein essor, voit se développer de nouvelles tactiques discursives.

Loin de se fondre dans les moules déterminés par les normes des genres, les journalistes de la presse féminine électronique brouillent les pistes. Elles inventent de nouveaux codes de narration, brisent les frontières, et les transgressent. Se situant entre la confession, l’enquête et le journal intime, les auteures de la presse féminine électronique n’hésitent pas à se mettre dans la peau des personnages en combinant avec brio la réalité et la fiction, et tout en retraçant leurs différentes expériences décalquées sur l’actualité.

Devant cette divergence générique, propice aux modifications significatives, les genres et les formes, en confondant tradition et renouvellement, ne se contentent pas d’un modèle homogène. La nouvelle vision qui s’opère au sein de ces créations s’accompagne d’un changement formel. Cette réflexion nous renvoie vers les constructions du Féminin dans  les médias actuels, qui se veulent être des supports de l’opinion. En fait, avec le grand succès des cyber-journalistes, la presse écrite s’inspire à son tour de la cyberpresse en vue de  modifier ses propres codes. Les genres traditionnels de l’écrit sont alors mêlés et les nouveaux moyens d’expression, qui caractérisent fort bien les nouveaux médias voient émerger des règles et des codes spécifiques. On y constate un remodelage profond et des brouillages générés par la diversification moderne des nouvelles conditions de production / réception offertes par les nouvelles technologies.

L’impact des nouvelles technologies de communication est notamment palpable dans les magazines féminins électroniques qui  se créolisent, en proposant des nouveaux lieux de discours imitant  ainsi des chats, et des échanges via e-mail. Ce fait génère alors l’émergence de nouvelles manières d’écriture appelées une cyberlangue considérée comme de nouvelles pratiques discursives du français écrit. Ce cyberlangage, comme tout langage, possède des rituels et des codes. En effet, on peut y constater d’innombrables interrelations entre l’écrit et l’oral, telles des interpénétrations, des reconfigurations nouvelles.

Cette réflexion nous amène à constater que l’essor des nouvelles technologies vient révolutionner en profondeur l’écriture médiatique féminine. Les journalistes de la presse féminine l’ont bien saisi : en transposant la cyberlangue sur leur support de l’écrit, en changeant des règles de narration, les auteures des articles font que les lectrices deviennent un acteur impliqué dans le récit. Le choix du sujet avec lequel la lectrice pourrait s’identifier, les techniques discursives, les commentaires demeurant assez proches des lectrices, tout cela se réuni pour accéder à la proximité du public féminin. Les journalistes de la presse féminine ont très bien compris le grand besoin d’intégrer un nouveau modèle pour s’adresser aux lectrices.

En outre, et tout en étant concurrencée sur son terrain par les blogs, la presse féminine électronique tente d’emprunter le ton complice des bloggeuses. Ces dernières, définies par leur style (chipie, glamour, chic, etc.) sont à la fois amies et prescriptrices des lectrices qui désirent continuellement échanger avec elles via Internet. Ce type d’écriture, qui opère des passerelles entre la libre expression et l’expression journalistique , constitue une nouvelle manière de faire du journalisme qui brise les pistes des genres journalistiques traditionnels en vue d’ accueillir de nouvelles écritures, quelque peu hybrides, à la frontière des genres et des formes, dans lesquelles les ruptures et les passages génèrent une lecture dynamique. Ainsi, les nouvelles pratiques discursives du français écrit, désormais ancrées au sein de la culture quotidienne et véhiculées par la presse féminine électronique, révolutionnent le genre journalistique.

 

Par Ikram Chemlali

Doctorante en littérature française.

 

 

Commentaires