Presse éléctronique: le Maroc compte 500 sites d’information

Presse éléctronique: le Maroc compte 500 sites d’information

319
0
PARTAGER

Publié samedi par le ministère de de la Communication, ce rapport met l’accent sur les mesures adoptées par le ministère de tutelle en vue de promouvoir la presse électronique en accompagnant ses mutations.

Le secteur de la presse électronique a connu une impulsion notoire ces dernières années avec notamment la création d’environ 500 sites web d’information, reflète le rapport. Par ailleurs, le document relève qu’aucun site web n’a été fermé ou subi une restriction d’accès de la part des autorités au cours de l’année dernière, notant qu’un dialogue national intra-professionnel visant l’élaboration d’un « livre blanc » pour la promotion de la presse au Maroc a été lancé et une commission a été créée à cet effet.

Ce livre, qui sera publié très prochainement, constituera une feuille de route qui favorisera la promotion de la presse électronique en lui attribuant un cadre juridique, en la qualifiant sur les plans institutionnel et professionnel, et en lui assurant un accompagnement qui répond à ses besoins.

Concernant le volet juridique de ce secteur, le rapport a souligné que le projet de loi relatif à la presse électronique a été préparé à la lumière des recommandations ayant sanctionné une journée d’études qui a rassemblé des spécialistes de médias, notant que la presse électronique bénéficiera désormais du soutien alloué à la presse écrite dans le cadre du projet du contrat-programme 2013-2016.

Dans le même sens, et dans la perspective de renforcer le cadre juridique de ce secteur, le Maroc a adopté en 2012 la convention du Conseil européen sur la cybercriminalité et les moyens de protection des réseaux informatiques, ajoute le rapport.

Il rappelle, en outre, que le nombre d’internautes au Maroc s’élève à 16,5 millions, soit près de 51% de la population, notant que le royaume occupe la première place à l’échelle du continent africain et du monde arabe en ce qui a trait à la connectivité, au développement des technologies de pointe et à l’encadrement juridique de cette nouvelle économie.

D’autre part, signale le rapport, l’accès au réseau internet 3G est de 27,86%, suivi de la connexion haut débit (ADSL) avec 16,68%, précisant que la facturation moyenne pour chaque utilisateur a baissé de 31% en 2011, et de 50% en 2012.

 

Commentaires