Procès en appel de deux journalistes condamnées pour avoir nié le génocide

Procès en appel de deux journalistes condamnées pour avoir nié le génocide

161
0
PARTAGER

Agnès Uwimana Nkusi, directrice d’un bimensuel indépendant Umurabyo publié à Kigali, et l’une de ses employées, Saidath Mukakibibi, avaient été condamnées en février 2011 à, respectivement, dix-sept et sept ans de prison, pour « négation du génocide, divisionnisme, diffamation du président Kagame, et menace à la sécurité de l’Etat ». Leurs avocats jugent que ces peines sont disproportionnées.

Les deux journalistes sont défendues par une équipe de huit juristes, dont des représentants d’organisations de défense des droits de l’homme et de la presse. Parmi eux, Nani Jansen, de l’Initiative pour la défense légale des médias (Media Legal Defence Initiative), une organisation basée à Londres. Lors d’un entretien à RFI, ce jursite a considéré que « la Haute Cour avait choisi les peines les plus lourdes, pour chacune des infractions, et vus les articles incriminés, ça ne paraît pas justifié ».

Selon cet avocat, les deux journalistes « ont expliqué aujourd’hui aux juges qu’elles n’avaient nullement eu l’intention de menacer la sécurité de l’Etat, nier le génocide, ou même de diffamer le président. Agnès, par exemple, a été condamnée pour les quatre chefs d’accusation, dont la diffamation qui lui a valu un an de détention ». Pour Me Jansen, « en réalité, ce qu’elle a fait, c’est qu’elle a critiqué dans ses articles certaines politiques du président Kagame, en matière d’agriculture. Elle a évoqué la question de l’impunité de membres du gouvernement, la corruption, etc. Bref, elle a fait son travail de journaliste : critiquer le pouvoir ».

Nani Jansen, qui appartient au barreau des Pays-Bas, a rappelé que le Rwanda a annoncé, ces derniers temps, une réforme de ses lois sur la presse. Selon ce juriste, « le Rwanda dit qu’il veut promouvoir la liberté de la presse, et c’est très bien. Mais, de l’autre côté, il y a des jugements comme celui-là, bien trop sévères, pour des journalistes qui ne font qu’exercer leur métier. Et je pense vraiment, qu’en ce moment, le climat ne favorise pas une presse libre », a-t-il conclu.

 

 

rfi.fr__________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires