PARTAGER

Le Maroc pourrait avoir un interlocuteur qui lui est très proche pour succéder à Christopher Ross comme envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guiterres pour le Sahara.
Le royaume n’aura qu’à se féliciter de ce choix s’il se confirme dans les prochaines semaines, en raison des liens de proximité qui l’unissent depuis des années à Miguel Angel Moratinos, l’ancien chef de la diplomatie espagnole, un proche du patron de l’ONU puisque membre , comme lui, de l’internationale socialiste. Mais il reste toutefois un obstacle à lever, l’accord préalable des États-Unis dont le choix se porte non pas pour un européen, mais pour l’américain, John Bolton, un républicain qui avait représenté son pays à l’ONU au temps de l’ère G.W Bush et qui n’a donc ni affinité ni avec les autorités marocaines ni connaissance du dossier du Sahara.
Contrairement à ce dernier, le diplomate espagnol Moratinos est bien au fait des sensibilité de ce dossiers du Sahara et garde aussi bien la confiance que l’oreille de la diplomatie marocaine qui trouvera en lui la personne la mieux placée pour débloquer la situation et enregistrer des avancées dans l’application du plan d’autonomie proposé par le royaume.

Commentaires