PARTAGER
Les couloirs des radio et télévision nationales, la SNRT, de 2M et de l’agence officielle Map, bruissent de rumeurs insistantes sur le départ de leurs responsables dans le cadre d’un vaste mouvement qui coïnciderait avec l’avènement d’une future équipe gouvernementale et de l’arrivée d’un nouveau ministre de la communication qui n’aurait aucune prise sur ces nominations qui ne seraient pas en tous les cas, un simple jeu de chaises musicales, de permutations en d’autres termes.
L’état semble s’engager dans une nouvelle ligne éditoriale et un programme de projets à mener à court et moyen terme pour sortir le secteur de l’enlisement de son audience en totale perte de vitesse depuis plusieurs années sans le moindre sursaut.
De nouvelles compétences choisies parmi les membres de la diaspora et ayant acquis une expérience solide dans les radios et télévisions des pays du Golfe et dans la presse internationale de renommée mondiale sont sur les tablettes pour remplacer les dirigeants actuels des médias publics qui ont montré toutes leurs limites dans la gestion d’un secteur resté stagnant et qui n’a pas opéré sa mue malgré les efforts financiers de l’état et dont la mise à nouveau est resté un vœu pieux tout le long de ces dernières années. Cette opération de sauvetage était donc devenue plus que nécessaire.

Commentaires