Proche-Orient: nouveau projet de colonisation massive à Jérusalem-Est

Proche-Orient: nouveau projet de colonisation massive à Jérusalem-Est

290
0
PARTAGER

Le plan prévoit la construction des logements dans le quartier de Gilo, dans la partie sud-est de la Ville sainte. Il pourrait recevoir l’aval de la commission de planification régionale dès la semaine prochaine, selon cette source.

Des conseillers municipaux ont confirmé le projet à la radio, ceux de gauche pour le dénoncer, ceux de droite pour s’en féliciter.

« Il ne fait aucun doute qu’un feu vert à ces constructions portera un coup de grâce au processus de paix avec les Palestiniens », déjà gelé suite au refus d’Israël de prolonger un moratoire sur la construction de colonies en Cisjordanie, a déclaré le conseiller municipal Méir Margalit du parti Meretz (gauche).
« Gilo est partie intégrante de Jérusalem. Il ne peut y avoir aucun débat en Israël sur la construction dans ce quartier », a répliqué le conseiller municipal, Elisha Peleg du parti Likoud (droite) du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les travaux confiés à des entrepreneurs privés pourraient prendre près de quatre ans, vu les difficultés de construction sur un terrain fortement en pente, aux abords de Bethléem, en Cisjordanie occupée.

L’annonce en mars par le ministère israélien de l’Intérieur d’un plan de construction de 1.600 logements à Ramat Shlomo, un quartier juif orthodoxe érigé dans le secteur de Jérusalem-Est, avait fortement indisposé les Etats-Unis, d’autant qu’elle avait été faite en pleine visite du vice-président américain Joe Biden en Israël.

Israël a annexé Jérusalem-Est après sa conquête en juin 1967 et considère Jérusalem comme sa capitale « éternelle et indivisible », une annexion qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale, les Palestiniens voulant établir dans le secteur oriental la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

Depuis 1976, Israël a construit une dizaine de quartiers de colonisation dans la partie orientale, dont Gilo a été l’un des premiers, où vivent plus de 200.000 israéliens.

AFP

Commentaires