Proche Orient: saisir la « chance » de paix

Proche Orient: saisir la « chance » de paix

368
0
PARTAGER

« Tout le poids » des Etats-Unis dans la balance

Le président a aussi promis de jeter « tout le poids » des Etats-Unis dans la balance pour parvenir à une paix entre Israéliens et Palestiniens, qui reprennent leurs pourparlers directs de paix jeudi au département d’Etat à Washington, après 20 mois d’interruption. « Si les deux parties ne s’engagent pas sincèrement dans ces négociations, ce conflit de longue date ne fera que continuer à faire rage, et rongera une nouvelle génération. Nous ne pouvons tout simplement pas le permettre », a lancé Barack Obama, dont l’administration tente depuis le début de son mandat en janvier 2009 de relancer le processus de paix.

« Nous savons que notre résolution sera mise à l’épreuve. Nous savons que les extrémistes et les ennemis de la paix feront tout ce qu’ils peuvent pour détruire ces efforts », a reconnu le président américain, qui avait auparavant condamné, Benyamin Nétanyahou à ses côtés, l’attentat revendiqué par le Hamas qui a coûté la vie mardi à quatre colons israéliens en Cisjordanie.

Tout en promettant de guider les négociations, Barack Obama a souligné que son pays ne pourrait pas imposer une solution unilatérale à un conflit qui dure depuis des décennies. « En fin de compte, les Etats-Unis ne peuvent pas imposer une solution, et nous ne pouvons pas la désirer plus que les parties elles-mêmes », a-t-il remarqué. Selon lui, les dirigeants israélien et palestinien ont tous deux affirmé qu’ils étaient persuadés qu’une solution était possible dans le délai fixé d’un an. « Le but est un règlement, négocié entre les parties, mettant fin à l’occupation qui a commencé en 1967 et aura pour résultat l’émergence d’un Etat palestinien indépendant, démocratique et viable, qui vivra côte-à-côte en paix et en sécurité avec un Etat juif d’Israël et ses autres voisins ».

Commentaires