CODE DE LA ROUTE : 1 AN APRES, SITUATION INCHANGEE

CODE DE LA ROUTE : 1 AN APRES, SITUATION INCHANGEE

406
0
PARTAGER

Tout l’argent dépensé en campagne de sensibilisation est parti en fumée avec un résultat égal à zéro. A valeur aujourd’hui, les chiffres sont éloquents: plus de 19,11 % de morts entre juillet 2010 et juillet 2011 ; plus de 1,67 % d’accidents entre la période octobre 2010 et 2011. Pourtant dans son application, le nouveau code de la route avait prévu un certain nombre de mesures nouvelles pour mettre fin à l’hémorragie comme le permis à points, des amendes plus relevées, des alcootests, des radars fixes et mobiles, ainsi que la professionnalisation des chauffeurs et routiers sans oublier les augmentations des salaires des gendarmes et agents de la circulation pour endiguer les effets de la corruption considérée comme un frein à tout changement de mentalité. Les pouvoirs publics n’ont pas à ce jour compléter tout le dispositif comme les alcootests qui ne sont toujours pas en place ainsi que les cycles de formation des chauffeurs de la route qui n’ont toujours pas démarré. sauf que depuis début septembre, les autorités ont repris énergiquement les choses en main avec la mise en place d’in nouveau plan stratégique dissuasif pour montrer qu’il n’y a pas eu de relâchement. Entre-temps, le mal avait été fait et les mauvaises habitudes avaient repris le dessus. L’actualité nous a fourni cet été un nombre record d’accidents d’autocars surtout qui ont faut des dizaines de victimes comme si ce code de la route n’avait jamais existé. Cet échec patent qui fait que nous enregistrons plus de morts et de blessés sur nos routes est principalement dû au fait que sur le terrain, la passivité est restée la même faute et que les citoyens n’ont pas accompagné le code par un meilleur civisme. Seuls les bakchichs auraient augmenté, proportionnellement aux amendes, lesquelles amendes restent négociables à chaque coin de rue en toute impunité.

 

L’utilisation des radars n’est toujours pas généralisée ce qui aurait pu contraindre les conducteurs à plus de prudence, mais tel n’est pas le cas. Chose curieuse, nos parlementaires, après avoir voté le nouveau code, se sont totalement désintéressé par la suite de ce qu’il était devenu réellement de son application. Le ministre n’a jamais interpellé à ce sujet, et lui-même n’ a pas jugé bon de se présenter devant les medias pour faire un bilan de son code après son premier anniversaire qui a été placé sous silence. Reste à présent pour sauver la situation et les vies humaines, à procéder à une remise à plat de tout ce qui a été entrepris, bien ou mal, pour en identifier les lacunes et les principaux obstacles à une réelle application de ce code de la route qui était porteur de tant de promesses au départ mais qui s’est avéré être un vain mot. Si les mesures prises ne se sont pas avérées assez coercitives et c’est apparemment le cas, il faudra envisager une autre batterie de mesures pour inciter les conducteurs à  changer leurs mauvaises habitudes et à respecter une démarche citoyenne en conduisant.

JALIL NOURI POUR ACTU-MAROC.COM __________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires