PSYCHIATRIE AU MAROC : TRISTE ETAT DES LIEUX.

PSYCHIATRIE AU MAROC : TRISTE ETAT DES LIEUX.

555
0
PARTAGER

Autre révélation,la répartition du personnel de ces établissements publics est marquée par un grand déséquilibre territorial qui fait ressortir que sur un total national de 1772 psychiatres en fonction,54% d’entre eux travaillent sur le seul axe Rabat-Casablanca. Concernant la pédopsychiatrie, le rapport constante qu’à l’exception des centres de ces deux villes,aucun intérêt n’est accordé à cette discipline malgré son rôle prépondérant dans la santé mentale de la population.

Sur un plan plus général,le rapport du CNDH souligne que le Maroc dispose de 27 établissements publics psychiatriques avec une capacité dérisoire de 1725 lits pour une population dépassant les 30 millions d’habitants,une capacité en nette régression. En abordant le phénomène de l’addictologie, qui est en nette augmentation pour sa part, il ressort que les services dédiés existant actuellement sont insuffisants par rapport à la prévalence de la dépendance alcoolique et aux drogues  et sont presque inaccessibles par rapport aux moyens des toxicomanes. Pour leur part, les personnes âgées ne bénéficient guère d’une prise en charge adaptée à leurs besoins spécifiques. Du reste, toutes les unités visités semblent souffrir de moyens humains et matériels insuffisants pour un suivi médical correct des malades et d’infrastructures en déliquescence . L’évasion spectaculaire à la fin du mois de ramadan d’une trentaine de patients du centre de Casablanca illustre à lui seul des conditions d’hospitalisation des personnes souffrant de troubles psychiatriques.

Il est enfin à souligner que la publication de ce rapport n’est pas innocente puisqu’elle coïncide avec la prochaine visite au Maroc du rapporteur spécial de l’ONU sur la torture et les établissements psychiatriques.

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com

Commentaires