Puissant séisme dans le nord-est de l’Inde et au Népal, huit morts

Puissant séisme dans le nord-est de l’Inde et au Népal, huit morts

166
0
PARTAGER

Selon l’institut de géophysique américain USGS, le séisme s’est produit vers 18h10 heure locale (12h40 GMT) dans le petit Etat himalayen du Sikkim, bordé par le Népal, le Tibet et le Bhoutan.

 

Son épicentre était situé à environ 60 kilomètres au nord-ouest de la capitale du Sikkim, Gangtok, qui a été plongée dans l’obscurité en raison d’une panne d’électricité consécutive au séisme.
« Il n’y a pas d’électricité. Tout le monde est dehors, dans les rues », a déclaré sur la chaîne CNN-IBN C.K. Dahal, un habitant de Gangtok.

« Nous avons tous couru hors de nos maisons, certains ont sauté par leurs fenêtres. On peut voir que des bâtiments se sont fissurés », a-t-il ajouté.

Intervenant sur la même chaîne de télévision, le principal responsable politique du Sikkim, Karma Gyatso, a déclaré: « C’était un très fort séisme. Nous avons mis en alerte les forces armées et les paramilitaires ».
Selon un journaliste sur place rapportant des informations de la police locale, trois personnes ont été tuées à Gangtok et dans ses environs.

Une personne est morte et 25 autres ont été blessées lors de l’effondrement d’un immeuble dans la ville de Rangpo, située à 40 kilomètres, a déclaré à l’AFP ce journaliste, Prakash Adhikary.
Un autre homme a été tué dans une coulée de boue à la périphérie de la capitale, et un enfant est mort après avoir été touché par des débris, a-t-il dit.

Le séisme a aussi été ressenti au Népal, au Bhoutan, au Bangladesh et dans les villes indiennes de Guwahati, Calcutta et la capitale fédérale New Delhi.

Au Népal, au moins cinq personnes sont mortes, selon la police, dont au moins trois à Katmandou, la capitale népalaise, située à 270 kilomètres de l’épicentre.
« Au moins trois personnes ont été tuées à Katmandou lorsqu’un mur de l’ambassade de Grande-Bretagne s’est effondré en raison du séisme, et deux autres ont été tuées dans l’est du Népal », a déclaré à l’AFP Binod Singh, porte-parole de la police nationale.
A Katmandou, la circulation s’est arrêtée et les hôtels et les bars ont été évacués.
Selon les médias locaux, des maisons et des écoles ont aussi été endommagées ou détruites dans le district de Taplejung, frontalier avec l’Inde.
Dans le Sikkim, l’Etat indien le moins peuplé, les lignes téléphoniques terrestres ont été mises hors service à Gangtok et les réseaux de téléphonie mobile ont été rapidement surchargés, ce qui a rendu difficiles les communications avec la zone affectée.
Manish Sharma, un médecin qui assistait à une conférence à Gangtok, a déclaré à la chaîne d’information NDTV que tous les résidents de l’hôtel avaient sauté par les fenêtres dès les premières secousses.
« Je suis devant le bâtiment de l’Assemblée législative de Gangtok et je peux voir l’un des bâtiments extérieurs dont la partie supérieure est coupée en deux », a témoigné ce médecin.
À New Delhi, le Premier ministre Manmohan Singh a convoqué une réunion d’urgence avec l’Autorité de gestion des catastrophes nationales. Le chef de son cabinet, Ajit Seth, a indiqué que des équipes de secours des Etats indiens voisins étaient envoyées dans le Sikkim.
« Les équipes atterriront dans la nuit. Des hélicoptères de l’armée seront également envoyés en renfort pour assurer l’approvisionnement », a-t-il déclaré.
De puissantes secousses ont également été ressenties à Guwahati, principale ville de l’Etat voisin d’Assam, située à quelque 600 kilomètres de l’épicentre. Là aussi, les habitants pris de panique sont descendus dans les rues.
Au Bhoutan, les secousses ont été ressenties dans la capitale Thimphu.

AFP_________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires