« Sur la planche » de Leila Kilani au festival international du cinéma de...

« Sur la planche » de Leila Kilani au festival international du cinéma de Saint-Sébastien

137
0
PARTAGER

Cette section « Spéciale » est consacrée aux productions cinématographiques ayant rencontré un franc-succès dans leurs pays et à l’étranger, relève-t-on du côté des organisateurs.
Déjà primé lors de la précédente édition de ce festival dans le cadre de la section « Cinéma en mouvement », « Sur la planche » sera projeté quatre fois: les 17 et 18 septembre et les 21 et 22 du même mois, dans les salles cinéma « Antiguo Berri » et « Principe 9″ de la ville de Saint-Sébastien, conformément au programme du festival.
« Sur la planche », une coproduction franco-maroco-allemande, est le premier long métrage de fiction réalisé par la Marocaine Leila Kilani. Le film raconte l’histoire d’une fraternité entre une jeune bande qui travaille et traverse Tanger, de l’aube au crépuscule.
Les rôles principaux sont campés par quatre actrices marocaines Sofia Issam, Mouna Bahmad, Nouzha Akel et Sara Betioui. Outre le film marocain, la section « Spéciale » du festival est marquée par la projection, notamment, du dernier documentaire de Martin Scorsese, « George Harrison: living in the material world », « Crazy Horse » de Frederick Wiseman, « Carrière. 250 mètres » de Juan Carlos Rulfo et « The days after » du réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda.
Le Maroc avait été représenté, lors de la 58ème édition de ce festival, par le film « A Jamaâ » (La mosquée) de Daoud Oulad Sayed. Le film avait concouru en compétition officielle aux côtés de quatorze longs métrages représentant l’Espagne, les Etats-Unis, le Mexique, l’Allemagne, la France, la Chine, la Norvège, la Grande-Bretagne, l’Argentine, la Suède, l’Italie, le Portugal et le Japon.
La 59ème édition du festival, qui s’achèvera le 24 septembre, sera inaugurée officiellement, vendredi soir, par la ministre espagnole de la Culture, avec la projection hors compétition de  » Intruders « , de Juan Carlos Fresnadillo, un film qui raconte l’histoire de deux familles terrorisées par de surprenants événements.
Le festival international du cinéma de Saint-Sébastien a été créé en 1953 à l’initiative d’un groupe de commerçants de la ville, qui ambitionnait de faire de leur ville une capitale du cinéma mondial.

Commentaires