PARTAGER

Les touristes venus se baigner ce jeudi dans la place du centre d’Al Hoceima ont en eu pour leurs frais. Impossible de se mettre en maillot alors que la police est présente comme elle a pris position partout dans la ville, à ses entrées, sur la place centrale des « Martyrs » qui devait accueillir les manifestants dont la marche a été frappée d’autorisation par les autorités locales qui n’ont pu, malgré les barrages, empêchés des citoyens venus d’autres régions du Maroc de pénétrer dans la ville. En attendant la suite des événements, ils ont été déçus d’apprendre qu’il n’y aura pas de marche. En milieu d’après-midi c’était le calme total en attendant une manifestation illusoire qui devait démarrer à 17 heures, en présence d’une forte délégation de journalistes venus de Rabat et Casablanca et même de l’étranger, en misant sur un affrontement sanglant qui mettrait la ville et toute la région à feu et à sang. Pour les empêcher ainsi que les habitants de communiquer sur cette situation très tendue, la navigation sur internet a été ralentie alors que certains utilisateurs ont fait part d’une coupure de plusieurs heures. Les commerces , de leur côté, ont ouvert leurs portes, bien que les passants aient été rares toute la journée et les lieux de rassemblement habituels désertés, en attendant la fin de ce quadrillage.

Commentaires