PARTAGER

Nul n’est prophète en son pays dit l’adage avec cette tentative du secrétaire général du PPS, Nabil Benabdellah, de recruter des partis politiques pour renforcer les rangs de la prochaine majorité gouvernementale qui sortira des urnes d’octobre 2016.

Le PPS des anciens communistes repeints en bleu est convaincu que ce sont les islamistes du PJD qui en sortiront les premiers vainqueurs et pour parer à cette éventualité qui ravit les camarades de Benabdellah, ce dernier anticipe allègrement sur la formation de la prochaine alliance gouvernementale dont ne fera pas partie dans tous les cas de figure, le RNI dirigé par Salaheddine Mezouar.

Pour ce faire, l’actuel ministre de l’habitat et leader du PPS qui cherche à obtenir plus de portefeuilles dont un grand pur lui, cherche en ce moment à travers plusieurs appels du pied insistants et plusieurs manœuvres à rapprocher l’USFP, un parti membre de l’opposition, des islamistes du PJD pour rallier, le temps voulu, la coalition gouvernementale avec la probable participation de l’Istiqlal qui reste sur une participation douloureuse aux côtés des islamistes dans le premier gouvernement Benkirane.

Les tentatives de Nabil Benabdellah devenu l’homme à tout faire du leader des islamistes , Abdelilah Benkirane, n’écarte pas non plus dans son rêve de grandeur de modeler la future opposition de l’après octobre 2016, histoire de donner encore plus de chances au PJD de mener sa politique. Un vrai tour de force pour un homme qui ne jurait que par les vertus del’opposition.

Commentaires