QUAND LA PRESSE ALGÉRIENNE ABOIE

QUAND LA PRESSE ALGÉRIENNE ABOIE

230
0
PARTAGER

 

Il semblerait à première vue que ce soit la teneur du dernier discours royal à l’occasion de la célébration de la Marche Verte qui a poussé les commanditaires connus de cette même presse à sortir l’artillerie lourde pour répondre aux propos du souverain qui a estimé que les marocains originaires des provinces sahariennes séquestrés dans les camps de Tindouf par le Polisario doivent être considérés comme les prisonniers de l’Algérie qui abrite et entretient ses camps de la honte depuis des décennies devant un silence inexplicable de la part de la communauté internationale.

L’état algérien s’est toujours opposé au recensement de ses populations ainsi qu’à leur circulation les maintenant dans la misère et dans le déni de leurs droits humains les plus élémentaires. Comme toute vérité est bonne à dire et qu’il n’y a que la vérité qui blesse, cela a suffi à réveiller les vieux démons algériens mais qui ne sont jamais très loin. Déjà considérablement gênée par l’unanimité affichée par plusieurs pays pour voir le royaume tenir un rôle de premier plan dans la recherche d’une solution au conflit malien dans lequel l’Algérie détient, quoiqu’en dise, une part de responsabilité, cette dernière déploie tous les moyens possibles et imaginables afin de réduire la présence diplomatique marocaine sur l’échiquier international et ne lui reconnait aucune légitimité dans la recherche d’une solution dont elle seule souhaiterait avoir l’initiative.

Ce raidissement  et cette susceptibilité ne sont pas pour avoir des répercussions très négatives sur les efforts de la Tunisie de relancer l’Union du Maghreb Arabe, la meilleure preuve étant que ce pays qui s »était investi dans ce projet, tarde à annoncer une date pour un hypothétique sommet des chefs d’état de cette région censé se tenir avant la fin de l’année en cours. L’ Algérie continue de jouer encore une fois la carte du blocage et à imposer ses conditions afin de faire capoter ce projet de conférence pour, de toute évidence, ne pas avoir à s’expliquer sur son refus de ne pas ouvrir ses frontières avec le Maroc, un point crucial à aborder qui figurera en tête des questions abordées comme préalable à une intégration maghrébine dont la réalisation ferait gagner aux 5 pays de la région, l’équivalent de 4 points de leur PIB. L’intrusion calomnieuse de la presse algérienne dans ce débat ne fait que l’empoisonner alors que son homologue marocaine ne répond plus aux provocations, se contentant d’en relever les inepties grossières .

 

Jalil Nouri pour actu-maroc.com _________

 

Pour vos courriers et vos publications : actumaroc@yahoo.fr

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Commentaires