Quatre magistrats algériens en grève de la faim pour dénoncer des injonctions...

Quatre magistrats algériens en grève de la faim pour dénoncer des injonctions du président de la cour de Tamanrasset

319
0
PARTAGER

Dans une lettre adressée au ministre de la Justice, les grévistes Amrani Chakib, Benjelloul Ahmed Amine Sadek, Bouarouri Souad et Idriss Khadidja Amina font état de « pressions et insultes » dont ils font l’objet « quotidiennement » de la part de leurs responsables qui leurs +imposent des engagements et des instructions qui sont en violation de la loi et vont jusqu’à tenter d’impliquer les magistrats pour les exposer à des sanctions disciplinaires ».

« Nous vous interpellons afin que vous mettiez en urgence un terme à ces agissements et que vous preniez en charge nos préoccupations, qui ne trouvent pas de solution devant notre impuissance face aux dérives. Cette situation a commencé lorsqu’une magistrate avait été sanctionnée pour avoir refusé de taper son arrêt. Elle n’est pas la seule », déplorent les magistrats protestataires dans cette lettre citée par le journal.

Dans une autre lettre adressée à l’ensemble des magistrats du pays pour expliquer leur acte, les quatre grévistes déclarent qu’en dépit du fait qu’ils aient le statut de cadres supérieurs de la nation, leurs responsables n’ont « aucune considération » pour eux, ajoute le journal.

« De ce fait, nous avons décidé d’entamer une grève de la faim et un sit-in à l’intérieur du tribunal jusqu’à ce qu’il y ait une intervention du premier magistrat du pays et du ministre de la Justice pour résoudre l’ensemble des préoccupations des juges, au niveau national, qui seront transmises à travers une liste comprenant toutes nos revendications et toutes nos propositions. A titre d’exemple, asseoir une égalité entre le pouvoir judiciaire et les autres pouvoirs en matière sociale et matérielle », plaident-ils.

Les grévistes demandent « une intervention rapide pour mettre fin aux problèmes au niveau des cours, faire cesser les agissements des présidents à l’égard des magistrats et que ces derniers soient protégés, comme énoncé par la Constitution ».

 

actu-maroc.com_________________

 

 

Commentaires