PARTAGER
Jusqu’à, il y a quelques jours encore, le wali de la région Rabat-Salé-Kénitra était à peine connu de ses administrés, mais depuis les révélations sur son achat à un prix défiant toute concurrence d’un terrain dans une zone luxueuse de la capitale relevant des domaines privés de l’État , le nom de Abdelouafi Laftit est de toutes les discussions et commentaires acerbes sur les réseaux sociaux. Une poussée virale qui enfle pour demander son départ de son poste et la restitution du terrain.
Fort curieusement, cet acharnement le vise seul, alors que des dizaines d’autres bénéficiaires, dont des émiratis qui ne sont pas des fonctionnaires ou « serviteurs » de l’État, échappent à cette liste noire, élaborée pour faire tomber des têtes.
Tout porte à croire que c’est le PJD, le parti islamiste du chef du gouvernement, qui orchestre et instrumentalise cette affaire. Cette formation dispose d’une redoutable force de frappe mobilisée pour défendre le parti sur les réseaux sociaux. Ce commando composé de dizaines de spécialistes de la communication sur le net, reste imbattable à ce jeu destiné à abattre tous ceux qui se mettraient en travers de la marche des islamistes vers la victoire aux élections.
Le Wali est connu pour avoir interdit des distributions de denrées de militants islamistes lors du ramadan qui leur servent de pré-campagne, le ministre de l’intérieur, dont la tête est mise à prix par le PJD, est également considéré comme un adversaire de ce parti qui demande son éloignement des élections.
Le PJD ne semble plus connaître ses limites pour peu que son ascension suive.
Par Jalil Nouri

Commentaires