PARTAGER
N’était-ce le cachet solennel et religieux du lieu, l’esplanade de la majestueuse Mosquée Hassan 2 de Casablanca, on se croirait bien à un concert d’une grande star devant une foule de fans en délire, accourant chaque soir durant tout le ramadan pour acclamer et écouter un homme dont la notoriété s’étend désormais jusqu’aux pays du Golfe et au-delà en Asie.
Si les américains ont leurs évangélistes disposant de leurs propres chaînes de télévision, les marocains ont leur propre fierté nationale, l’imam et prédicateur Qzabri, dont la seule voix suffit à plonger les fidèles dans un rare état d’adoration.
Pleurs, larmes, gémissements, évanouissement, ils sont 30.000 venant de Casablanca et d’autres villes, à rompre le jeûne à la hâte pour accourir à la grande mosquée et se disputer les premières loges pour boire les paroles bénites d’un homme au charisme certain qui n’a pas son pareil parmi ses pairs avec un timbre de voix unique qui joue sur les affects des personnes sensibles.
Avec l’encombrement géant sur des kilomètres, certains fidèles n’hésitent pas à laisser leurs voitures à l’autre bout de la ville pour parcourir de très longues distances et ne rien rater de cette cérémonie  des  » taraweh », hors normes et impressionnante à tous points de vue.
Par Jalil Nouri

Commentaires