Ramid n’est pas d’accord pour l’abolition de la peine capitale

Ramid n’est pas d’accord pour l’abolition de la peine capitale

177
0
PARTAGER

Le débat sur la peine de mort reprend au sein du parlement. Ce mardi 13 mai 2014, le ministre de la Justice, Mustapha Ramid, a été on ne peut plus clair dans ses réponses aux députés dans le cadre la séance des questions orales. « Rien dans les conventions internationales n’oblige le Maroc à abolir la peine de mort. Il y a bien sûr le protocole facultatif lié à la charte internationale des droits civils et politiques, mais il n’est pas obligatoire » Pour M. Ramid, avocat de carrière et dirigeant du PJD, il n’est pas question donc d’abolir cette peine.

Et comme pour rassurer les députés, il leur adresse cette phrase : « Vous êtes les législateurs, et si vous aboutissez à l’abolition de la peine capitale, ce sera votre choix. Nous au gouvernement, nous voyons les choses autrement. Par exemple, imposer l’unanimité des juges comme condition essentielle pour condamner à mort un prévenu »

Engagement sans faille

Ce que plusieurs députés n’ont pas compris, c’est lorsque M. Ramid parle de position du gouvernement. Car, parmi les meneurs de l’initiative d’abolition il y a Nouzha Skalli, dirigeante du PPS, membre de la coalition gouvernementale.

Mme Skalli, ancien ministre de la Famille et de la Solidarité a relevé ne pas vraiment comprendre l’attitude de M. Ramid.

« Le PPS a toujours défendu le droit à la vie et nous ne pouvons pas aujourd’hui ne pas aller jusqu’au bout de notre engagement alors qu’il y a une vague internationale appelant à l’abolition de la peine capitale », dit-elle.

Elle ne manque pas de souligner que Le réseau des parlementaires abolitionnistes dont elle la coordinatrice a déjà recueilli 210 signatures de députés en faveur de cette démarche et ce sur les 395 que compte la première chambre. « Nous comptons poursuivre notre action jusqu’à son aboutissement », a-t-elle dit lors de la séance du parlement de ce mardi.

Les députés de l’USFP qui avait déposé un projet dans ce sens en juin dernier n’étaient pas en reste. Pour eux, maintenir la peine capitale est une aberration qui va à l’encontre du cours de l’histoire humaine.

Une aberration

Certes, depuis des années, il n’y a pas eu d’exécutions de condamné à mort, mais « tant qu’il n’y a pas de loi abolissant cette peine ou du moins  suspendant de manière officielle son exécution, on ne peut rien savoir », a déclaré Me Abderrahim Jamai, l’un des membres du collectif des Marocains contre la peine de mort.

La séance de mardi a été néanmoins marquée par une attitude à saluer, celle du
chef
du groupe parlementaire du PJD, Abdellah Bouanou. Pour lui, « rien n’est définitif, il faut organiser un débat national pour pouvoir lister le type de crime où la peine capitale ne plus être de mise » Une proposition de compromis ? Tout est possible mais le réseau des parlementaires mené par Mme Skalli ne veut rien céder.

Actu-maroc.com ____________________________

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière Agression voilée

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires