RDC : la campagne électorale en chantant

RDC : la campagne électorale en chantant

180
0
PARTAGER

Propulsées par les enceintes des pick-up, diffusées à la chaîne sur les télévisions, programmées en boucle sur les radios, les chansons de campagne électorale n’ont rien à envier aux affiches, calicots et banderoles qui envahissent les rues en République démocratique du Congo pour la présidentielle et les législatives du 28 novembre. D’autant que dans un pays où la musique fait office de religion, les morceaux célébrant les candidats pourraient bien se révéler plus efficaces que les panneaux derniers cri.

Les candidats le savent bien, avec en tête, le chef de l’Etat Joseph Kabila, qui brigue un nouveau quinquennat. En 2006, celui-ci avait rallié des pontes de la musique congolaise et, en septembre dernier, dans sa ferme en banlieue de Kinshasa, il a courtisé une pléiade de musiciens. « Il a pratiquement réussi à réunir, à quelques détails près, les mêmes artistes », résume Thierry Kambundi, rédacteur en chef de la radio Top Congo dans la capitale. Des stars chantent ainsi les louanges du candidat « numéro 3 » – selon l’ordre établi pour les candidats par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Dans la liste des griots de Joseph Kabila : Papa Wemba, Koffi Olomidé, JB Mpiana, Félix Wasekwa, Werrason, Nyoka Longo, Tshala Mwana… Secret défense sur les cachets. Thierry Kambundi estime toutefois qu’il peut atteindre 100 000 dollars, alors qu’une autre source évoque un demi-million de billets verts.

Quoi qu’il en soit, le tarif est inabordable pour la majorité des candidats, qui investissent quelques milliers de dollars sur des chanteurs moins connus ou anonymes. Très loin de l’enveloppe des plus grands, mais une chance si l’on sait que certains empochent une somme bien inférieure. « Un petit musicien dans le Bas-Congo [ouest du pays, NDLR] a gagné 300 dollars », cite pour exemple Rigobert Malalako, directeur de la Radio Bangu, dans la province.

Quelques artistes plaident également en musique pour des élections pacifiques.

«La jeunesse et les élections»

11 artistes et 4 comédiens congolais chantent pour des élections pacifiques (projet soutenu par les Nations unies).

Si plusieurs chanteurs et musiciens font l’éloge de politiciens tout au long de l’année, « tous profitent des élections pour se faire de l’argent » commente Thierry Kambundi, soulignant qu’il existe de réels fans mais aussi des opportunistes. « Très souvent, les moins connus vont présenter une maquette à un candidat, et s’il est d’accord, ils enregistrent en studio à ses frais », indique Rigobert Malalako, également secrétaire général de la Fédération des radios de proximité du Congo (FRPC).

Pour la diffusion des morceaux, « il n’y a pas de démarche carrée » poursuit-il. « Le lien avec la radio est établi par le porte-parole du candidat ou le candidat lui-même, ou encore par un animateur en contact avec un candidat. Parfois, les candidats viennent dans une radio locale avec leur son juste après un meeting dans une circonscription. Ils regardent alors la plage qui les intéresse. » Et qu’ils ont les moyens de s’offrir…

D’après le FRPC, le prix moyen se situe à un dollar par minute de diffusion. Cependant, « il y a des radios qui montent les enchères selon l’heure : 21h-22h, comme c’est une heure de pointe, certains sont allés jusqu’à demander 2,5 dollars la minute », raconte Rigobert Malalako, qui est aussi le fondateur et le directeur de Radio Bangu. Sa radio a choisi de faire signer un petit contrat aux politiciens : « Au-delà de 150 dollars par semaine, nous faisons une remise de 20% pour les encourager à continuer les diffusions ».

La musique de campagne électorale, une affaire rentable ? « Les radios communautaires ne sont pas financées par l’Etat, alors les élections permettent de se faire un peu d’argent. Il y a un grand impact sur le budget, qui double et même triple ». Radio Bangu, qui dispose d’un budget de 2 000 dollars par mois, en a gagné 1 800 grâce à la campagne.

Il faut dire que la station a un avantage de poids : « Nous avons un émetteur puissant, alors des candidats d’autres circonscriptions font passer leur morceau chez nous ».

 

RFI.fr___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires