PARTAGER

Difficile de cerner les intentions réelles de l’ancien premier ministre socialiste de l’alternance, Abderrahman El Youssfi, car après une longue éclipse et l’engagement à quitter la scène politique il ne cesse de faire acte de présence sur plusieurs fronts . Tout a commencé par son invitation par le roi Mohammed VI à un déjeuner à Tanger lors de la dernière visite du président Hollande, une présence que certains ont vite voulu interpréter comme l’annonce d’une future reprise de service honorifique. Quelques jours plus tard c’est la publication d’un ouvrage sur son expérience à la tête du gouvernement d’alternance et ses rapports avec le défunt roi Hassan II qui alimente les rumeurs d’une reprise en main par ses amis socialiste et lui-même à leur tête du projet de reconstruction de la gauche marocaine, à travers l’organisation d’un colloque, pour la ressusciter et lui faire jouer le rôle véritable qui est le sien et lui faire retrouver sa place réelle sur l’échiquier. Sur tous les front décidément, nous retrouvons l’homme et malgré son âge avancé à la tête du comité chargé de préparer la commémoration de la disparition de l’ancienne icône des socialistes marocains, Mehdi Ben Barka.

Enfin dernier élément en date, l’appui apporté publique ment par Abderrahman El Youssfi, au militant associatif gréviste de la faim, Mâati Mounjib, dont il a salué le courage. Avec tant de signaux forts donnés ces derniers jours, l’ont peut difficilement affirmer que L’ancien leader socialiste ne signe pas un grand retour sous les feux de l’actualité. Il faut à présent attendre la suite de toutes ces sorties bien programmées.

Commentaires