PARTAGER

A quelques jours de la fin de la saison estivale, la direction générale de la Protection Civile vient de publier le bilan des trois derniers mois et le moins que l’on puisse dire est qu’il pose de nombreuses interrogations.

Ainsi et pour s’en tenir aux deux principaux enseignements, près de 7000 personnes ont été sauvées d’une mort certaine et 109 autres ont péri en mer cet été. Le chiffre est impressionnant bien qu’il concerne l’ensemble du territoire mais ne se concentre que sur les lieux très fréquentés, dont plusieurs considérés comme dangereux pour la noyade, où de nombreux cas ont été recensés comme ceux d’Ain Diab à Casablanca et Mehdia près de Kénitra.

En revanche, les plages les plus sûres et où l’on compte le moins de morts, ne sont pas celles de la Méditerrané, contrairement à ce que l’on pourrait penser, mais plutôt celles du sud du Maroc, dans ses provinces sahariennes. La Protection Civile tient à préciser dans son bilan que la cause des noyades reste la surfréquentation de certaines plages et le non respect des consignes et le manque de surveillance de certains endroits, sachant que les moyens humains font défaut et que seuls deux cent maîtres nageurs sont venus renforcer cette année, les effectifs déjà existants.

Commentaires