Régions tibétaines, répression sous couvre-feu

Régions tibétaines, répression sous couvre-feu

314
0
PARTAGER

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Silence on réprime ! Depuis le 23 janvier, les préfectures autonomes d’Aba (Ngaba) et de Ghanzi (Gardze) où se sont produites les violences meurtrières sont totalement verrouillées. Barrages routiers, contrôles d’identités et fouilles des véhicules, il est désormais impossible d’accéder au plateau tibétain par la route. A deux reprises, une équipe de l’AFP a ainsi été invitée à rebrousser chemin, escortée par des véhicules des forces de l’ordre.

Une première fois, les policiers ont évoqué des risques liés aux « chutes de neige ». Une autre, un « glissement de terrain » qui aurait empêché les journalistes étrangers d’aller plus loin. L’agence Reuters a reçu le même accueil. Preuve de la fébrilité des autorités, à Chengdu, la capitale du Sichuan pourtant située à 15 heures de route des zones sous couvre-feu, des agents en civils quadrillent le quartier tibétain. Il est très difficile de discuter avec les habitants, « le climat de crainte est palpable » témoigne, là encore, un journaliste de l’AFP.

Dans cette vaste région tibétaine qui borde le Tibet, la police aurait ouvert le feu au moins à trois reprises sur les manifestants cette semaine, tuant entre trois et dix personnes selon les associations pro-tibétaines. Au Tibet même, Padma Choling le président de la région autonome a invité les cadres et les forces de l’ordre à renforcer leur vigilance dans les villages et les monastères.

 

rfi.fr_______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires