Rencontre à Oujda sur les réformes politiques et constitutionnelles

Rencontre à Oujda sur les réformes politiques et constitutionnelles

182
0
PARTAGER

Cette rencontre s’inscrit dans le sillage des actions menées par le parti visant à ouvrir un large débat public sur la question des réformes constitutionnelles au Maroc, a souligné M. Hassan Tarek, membre du bureau politique de l’USFP, soulignant l’importance de la contribution des différentes composantes de la société marocaine pour favoriser la réussite de ce chantier.

« Il s’agit là d’une étape historique qui requiert la mobilisation des forces démocratiques afin de renforcer l’édification d’un Etat de droit et des institutions et de promouvoir l’entrée du Royaume dans le cercle des pays démocratiques », a dit M. Tarek qui a salué à cette occasion le dynamisme de la jeunesse marocaine.

Il a également mis l’accent sur le rôle que peuvent jouer les médias pour approfondir et élargir le débat sur les réformes constitutionnelles et politiques à travers la participation des différentes parties et composantes de la société. Le but étant de doter le Royaume d’une constitution démocratique.

Il a toutefois estimé que la réforme constitutionnelle ne serait d’une efficacité réelle que si elle est liée à des réformes politiques profondes portant notamment sur le code électoral, la loi sur les partis et la lutte contre la fraude électorale afin de rétablir la confiance entre les citoyens, les partis politiques et les institutions.

Cette rencontre a constitué aussi une occasion pour donner un aperçu sur les grandes lignes du mémorandum que l’USFP a présenté à la commission consultative de révision de la Constitution.

Selon M. Hassan Tarek, professeur de droit constitutionnel, ce document stipule entre autres, « la suprématie de la constitution, l’élargissement des attributions du chef de gouvernement et du parlement, la responsabilité du gouvernement devant le Roi et le parlement, la séparation entre les pouvoirs, et le renforcement des instances et des mécanismes de contrôle ».

D’après le mémorandum, « le Roi assume, en sa qualité de Commandant des croyants, la supervision de la gestion et de l’organisation du champ religieux et garantit la préservation des droits des citoyens, des communautés et instances à pratiquer leurs affaires religieuses ».
Dernière modification 03/04/2011 10:42.
©MAP-Tous droits réservés

 

___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires