Rencontre avec les réfugiés maliens du camp de Fassala en Mauritanie

Rencontre avec les réfugiés maliens du camp de Fassala en Mauritanie

310
0
PARTAGER

 

Drapée dans sa melafa noire, une femme travaille à fabriquer une tente avec des tiges de bois qu’elle recouvrira d’une couverture. Elle ne veut pas dire son nom. Son mari, qui travaille dans l’administration, est resté à Tombouctou. Elle a peur, en parlant, de l’exposer à des représailles. « Pour le moment, chez nous, on n’a pas vu de dégâts et personne n’a été tué, ni Noir, ni Rouge, aucune couleur », affirme-t-elle. Comme beaucoup des réfugiés présents à Fassala, elle n’a pas vu de combats. Si elle a quitté le Mali avec ses dix enfants, c’est que le traumatisme des affrontements entre rebelles touaregs et armée malienne au cours des années 1990 a été ravivé par les récents combats. « A l’époque », se souvient-elle, « mon père, un militaire à la retraite, a été tué par l’armée. Maintenant, dès qu’on entend parler de problèmes, on est obligé de quitter. Pendant des années, on vit ensemble, comme des frères, et d’un coup, les gens te regardent différemment, juste pour ta couleur de peau. On aime notre pays, mais on ne va plus attendre de se faire tuer ».

« On veut juste vivre en paix »

C’est le même raisonnement qui a poussé Abdallah à multiplier les allers-retours pour mettre le plus de personnes de son village, Gargando près de Tombouctou, à l’abri. A 51 ans, le regard perdu de ceux qui en ont trop vu, le visage marqué de rides profondes, il en fait dix de plus. « On utilise toutes nos économies pour payer le gasoil pour venir ici. Ici, on est en sécurité mais on n’a plus rien. » Les plus nantis viennent en voiture, d’autres en charrettes à âne, les plus démunis à pied. Chaque jour, ils sont au minimum mille, en grande majorité des femmes et des enfants, à arriver devant le commissariat de Fassala, où ils se font enregistrer avant de rejoindre le camp. La plupart disent n’avoir qu’un but : mettre leur famille à l’abri. « Les combats, c’est entre les rebelles et l’armée, nous on veut juste vivre en paix », murmure Abdallah. Lamine Kunta, lui, revendique clairement son soutien au MNLA. « Ce sont des fils du pays et leurs droits ont été pillés depuis la création du Mali. Ils cherchent leurs droits et ils ont raison », déclare-t-il. Venu avec une dizaine de membres de sa famille de Léré, il poursuit : « Même si ça nous force à fuir et à vivre dans des conditions mauvaises, on est avec ceux qui cherchent la libération de l’Azawad ».

Transfert du camp de réfugiés

Les conditions de vie dans le camp sont en effet difficiles. La plupart des réfugiés ont laissé tous leurs biens derrière eux. Malgré les efforts déployés par les autorités mauritaniennes, soutenues par la suite par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), la nourriture, et l’eau surtout, se font rares, d’autant que la sécheresse sévit dans la région. La plupart des tentes sont des abris de fortune, les latrines font défaut. Au poste de santé du camp, un campagne de vaccination contre la rougeole a été lancée à destination des 5 500 enfants réfugiés, mais aussi ceux de Fassala, pour éviter une épidémie. Environ 150 enfants souffrent de malnutrition. Face à un afflux qui ne tarit pas, les autorités mauritaniennes et le HCR ont décidé de transférer les réfugiés plus à l’ouest, vers M’Béré. La ville a déjà accueilli des réfugiés maliens dans les années 1990. Les infrastructures existantes (poste de santé, école, forages) vont être réhabilitées.

Incertitudes d’un retour au Mali

« Notre premier souci, c’est la sécurité », affirme Philippe Creppy, envoyé spécialement de Genève par le HCR pour coordonner l’action humanitaire. « La ville est à 50 km de la frontière, ce qui garantira plus de sécurité pour les réfugiés mais aussi les humanitaires. Cela nous fera aussi gagner 1 h 30 pour l’acheminement de l’aide », poursuit-il. « Enfin, le camp pourra accueillir 30 000 personnes, voire plus, car une extension est envisageable. » Initialement prévu début mars, le transfert a commencé dès ce mercredi 22 février, avec quelques familles pilotes. « Il est crucial que les réfugiés soient installés dans les conditions les plus pérennes possibles », estime Jamal Abdel Nasser, de l’ONG locale ARDM qui travaille sur le camp. « Car beaucoup m’ont dit ne pas être prêts à rentrer au Mali ». C’est notamment le cas d’Abdallah. « A chaque fois, on recommence à faire une vie, et puis il y a à nouveau les combats et il faut tout refaire », confie-t-il. Et quand on lui demande ce qui pourrait désormais le convaincre de rentrer chez lui : « Je ne sais pas », murmure-t-il en baissant la tête, « je ne sais pas ».

 

rfi.fr_______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires