PARTAGER
Au lendemain du dernier conseil des ministres présidé par le roi Mohammed VI et au cours duquel a été abordée en premier la question de la tension dans la ville d’Al Hoceima et ses environs, le chef-lieu de la région du Rif et les localités avoisinantes, se sont réveillés sur la reprise soudaine des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, pour les replonger dans un climat incertain chargé de lourdes perspectives.
Pourtant, la reprise en main du dossier par le souverain qui est allé jusqu’à décréter des sanctions contre certains ministres, comme la privation de congé annuel et sa détermination à accélérer les chantiers de développement socio-économique en panne auraient pu inciter les jeunes contestataires à observer une trêve. C’est tout le contraire qui a été décidé en sortant le jour même de la fête marquant la fin du mois de Ramadan pour s’attaquer aux forces de maintien de l’ordre à coups de jets de pierres et de cocktails Molotov dans le but avoué de faire le plus de blessés. Le bilan aura été pour ces quelques heures de bataille et de courses-poursuites de 39 blessés parmi les forces de l’ordre et trois arrestations parmi les manifestants.Il est à craindre à présent que cette reprise de la violence ne vienne retarder les mesures diligentées par le souverain.

Commentaires