PARTAGER

La tension est de nouveau perceptible à Laayoune, le chef-lieu du Sahara, en parallèle avec un regain d’activité diplomatique. Ainsi, un jeune de la ville a tué un policier en lui assénant plusieurs coups mortels au moment où l’on apprenait que des groupes se formaient en plusieurs points pour clamer au début des revendications sociales pour se transformer ensuite en des slogans séparatistes. Une agitation qui va appeler au déploiement des forces de l’ordre et un quadrillage.
Cette situation n’est pas étrangère à ce qui se passe à Guerguerate à la frontière avec la Mauritanie, où malgré une médiation de l’ONU, le Polisario continue de souffler sur les braises après avoir reçu des armes envoyés par l’Algérie.
Les séparatistes tentent de s’imposer de cette manière en prévision de la relance de l’action diplomatique par le nouveau secrétaire général de l’ONU, Antonio Guitteres dont il se murmure qu’il pourrait entreprendre prochainement une tournée dans la région après avoir mis fin à la mission de l’envoyé spécial de son prédécesseur, Christopher Ross dont l’échec a été reconnu.
Un nouvel émissaire devrait entrer en service avec l’impulsion que compte donner Guiterres au dossier.

Commentaires