PARTAGER

On le disait mis à l’écart pour faute professionnelle grave, au placard, fini pour sa fonction aux nombreux privilèges et la confiance placée en lui par le chef de l’état pour assurer sa sécurité personnelle et celle de ses palais, ceux qui avaient relayé sa déchéance auront eu tort sur toute la longueur de la ligne.

L’homme a fait une apparition inattendue à l’arrivée du roi à Moscou après une éclipse de plus de trois mois, la première depuis qu’il est à ce poste hautement sensible, une éclipse attribuée à une disgrâce en raison de failles dans l’exercice de sa fonction sans plus de précisions comme de coutume. Il semble en tout cas que l’homme a su se rendre indispensable à ce poste alors que la relève semblait déjà avoir trouvé ses marques avec un nouvel homme fort de la sécurité royale peu connu du public, Brahim Angam, qui semble à présent avoir été appelé pour assurer l’intérim de Jaidi qui va devoir remettre au premier plan ses équipes qui avaient été effacées par celles de son successeur pendant toute la durée de son absence de plus d’un trimestre, très longue pour le milieu.

Mais il est une explication au retour de Aziz Jaidi qui semble tenir la route et qui voudrait que son retour aux manettes de la sécurité royale aurait été favorisé par l’incident de la semaine dernière à Rabat quand un citoyen avait entravé le cortège royal pour remettre au souverain sa carte d’identité accompagnée d’un message au sujet de sa situation sociale.

 

Commentaires