Maison A la une RIEN NE SERA PLUS COMME AVANT A JERADA

RIEN NE SERA PLUS COMME AVANT A JERADA

1200
0
PARTAGER
Le gouvernement n’a pas tardé à informer les marocains qu’il était derrière son chef, El Othmani et expliquer parallèlement que la décision d’expulser les manifestants de Jerada du devant du siège de la préfecture, théâtre de violents affrontements ce mercredi qui ont fait des dizaines de blessés de part et d’autre, dont certains dans un état très grave. La manœuvre ne vise qu’à montrer qu’il y a une sorte de solidarité entre les différents partis de la coalition pour assumer ensemble la décision d’utiliser la force pour faire respecter l’ordre et pour prendre le mal à la racine. Sauf que l’opinion publique a du mal à s’expliquer le fait que le ministère de l’intérieur a parlé d’usage de la force quelques heures seulement avant que n’éclatent les affrontements à l’origine d’un tel bilan. Une stratégie a-elle été préparée par avance pour étouffer la contestation dans l’œuf ? Tout porte à le croire en effet puisqu’un déploiement de forces de l’ordre très imposant pour cette petite ville de Jerada l’a investie par anticipation pour ne pas répéter les mêmes erreurs qu’à Al Hoceima où avait prévalu un certain attentisme des forces de sécurité avant que l’embrasement ne se produise.
Cette nouvelle manière d’appréhender les crises sociales est un avertissement pour les autres régions où la tentation d’imiter le Hirak du Rif est grande.
Reste que le gouvernement prend un gros risque, celui de couper les ponts du dialogue avec la population et rompre le climat de confiance indispensable pour faire avance le développement de la région et mettre fin à la tension naissante.
 Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires