PARTAGER
A force de tergiverser et de précipiter ses relations avec le Maroc dans le pourrissement, l’Union Européenne a fini par agacer son partenaire marocain et ouvrir la voie à une ère de turbulences et de fâcheries pour la première fois de leur histoire commune.
Tous les dossiers brûlants avaient jusque-là trouvé des solutions mais plus maintenant depuis que le tribunal européen a décidé d’annuler les accords en matière agricole en prenant directement une position hostile au royaume dans le dossier du Sahara boycottant par la-même tous les produits en provenance des provinces sahariennes.
C’est la manière opaque et peu amicale dont sont gérées ces relations ces relations entre le Maroc et l’Europe à Bruxelles, siège de la Commission Européenne qui a fait sortir le royaume de ses gonds qui a toujours fait fait preuve, lui, de bonne foi et de bonne volonté envers son partenaire allant jusqu’à jouer le rôle de gendarme pour éviter au continent de vivre les affres des arrivées massives de migrants comme c’est le cas aujourd’hui de l’autre côté de la méditerranée.Le royaume se voit également mal payé en retour pour avoir toujours fait preuve de kla souplesse et de la préservation des intérêts communs, une règle de conduite inébranlable qui ont prévalu en tout temps et quelque soit les conjonctures auxquelles les deux parties ont dû faire face. La volte-face européenne met à mal et annihile désormais tout ce qui a été construits pendant des dizaines d’années.
Par Jalil Nouri
actu-marc.com

Commentaires