PARTAGER
Tous les ingrédients d’un embrasement généralisé sont réunis à travers tout le pays suite à la mort tragique d’un marchand de poisson dans des circonstances encore totalement déterminées mais qui mettraient en cause le rôle des autorités, une version qui revient dans les témoignages  alors qu’une enquête est en cours accélérée sur hautes instructions du roi.
Si l’initiative royale et l’envoi sur place du ministre de l’intérieur pour examiner l’affaire et présenter les condoléances  du souverain à la famille du défunt semblent avoir apporté un apaisement dans les rues de la ville rifaine d’Al Hoceima, et bien que des lycéens aient manifesté bruyamment ce lundi devant le tribunal, il en est autrement dans les autres régions du pays, au lendemain de l’enterrement de Mouhssine Fikri, dont les jeunes en ont fait un martyr de l’injustice et la « Hogra ». Des parties occultes et malveillantes tentent de récupérer ce drame pour garder les lycéens dans la rue et semer le désordre.
Il est à craindre sérieusement que la situation ne dégénère en un mouvement de révolte aux conséquences désastreuses au moment où le Maroc accueille, dans quelques jours la conférence de la « COP 22″, qui fera braquer sur le royaume tous les projecteurs et sous l’œil des médias du monde entier. Ce mouvement de révolte naissant doit, par conséquent, être étouffé dans l’œuf avant qu’il ne soit trop tard, alors que le compte à rebours de Marrakech et sa  » COP 22″ a déjà commencé..
Par Jalil Nouri

Commentaires