Rubygate: Les magistrats italiens apportent leur soutien au parquet de Milan

Rubygate: Les magistrats italiens apportent leur soutien au parquet de Milan

319
0
PARTAGER

« Les juges continueront à faire leur devoir, sans se laisser intimider », a affirmé l’association dans un communiqué marquant l’ouverture de l’année judiciaire à Milan.
Vendredi soir, le président du conseil a accusé l’opposition de vouloir le chasser du pouvoir « avec le secours rouge des juges politisés ». Dans un message vidéo à ses partisans diffusé sur leur site internet, il a ajouté qu’il n’avait pas l’intention de se présenter devant le tribunal de Milan, qu’il juge incompétent.
Le responsable de l’ANM Luca Palamara a déclaré que de telles critiques constituaient « une agression sans précédent ». « Les insultes, les campagnes de diffamations contre des juges, les menaces de rétorsion (…) contreviennent à la justice », a-t-il ajouté.
Vendredi, le conseil supérieur de la magistrature avait également défendu les magistrats milanais, affirmant: « Les juges ont droit au respect ».
Des milliers de personnes, selon les médias italiens, ont manifesté samedi à Milan et Udine pour apporter leur soutien aux juges et se sont joints à des rassemblements protestant contre le traitement dégradant subi par les femmes après que plusieurs jeunes femmes eurent avoué avoir reçu de l’argent et des bijoux de M. Berlusconi.
M. Berlusconi s’est déclaré samedi soir « serein et déterminé », dans une déclaration par téléphone à l’occasion d’une réunion de militants de l’Alliance du centre (ADC), qui soutient son gouvernement. « Nous allons continuer à gouverner avec une équipe passionnée », a-t-il assuré.
Les procureurs de Milan ont annoncé le 14 janvier l’ouverture d’une enquête visant M. Berlusconi, 74 ans, pour recours à la prostitution de mineure et abus de fonction.
Ils ont envoyé à une commission parlementaire plus de 600 pages de documentation pour être autorisés à inspecter les bureaux d’un comptable du Cavaliere rattachés à son activité de député.
Le parquet de Milan dit détenir des « éléments probants » sur le versement d’argent et la fourniture de logements gratuits par le milliardaire à des dizaines de jeunes femmes en contrepartie de prestations sexuelles dans ses résidences.
Ceci n’est pas répréhensible en Italie mais le chef du gouvernement est soupçonné d’avoir rétribué les services d’une mineure, Ruby Rubacuori (voleuse de coeurs), de son vrai nom Karima El Mahroug, un délit pour lequel il risque jusqu’à trois ans de prison. Il lui est également reproché d’avoir abusé de sa fonction en la faisant libérer en mai quand elle venait d’être interpellée pour un vol présumé.
AFP

______________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

Commentaires