PARTAGER
Il avait rêvé d’un retour à l’Élysée pour se réhabituer aux lambris de ses salons et des ors de la république, il n’en sera  plus jamais rien, car Nicolas Sarkozy, un familier des lieux, ne pourra même plus espérer se présenter à l’élection présidentielle de 2017, puisque les électeurs de son parti « Les Républicains » lui ont retiré cette possibilité au cours des primaires organisées le week-end dernier et dimanche prochain, pour désigner celui qui représentera la droite et le centre au scrutin.
C’est en fin de compte son ancien premier ministre, François Fillon qui est venu brouiller les cartes et sceller le sort de l’ancien locataire de l’Élysée qui se voit payer le prix de son arrimage aux thèses de l’extrême-droite et ses différentes affaires en justice ainsi qu’une image politique usée en raison de son précédent bilan qui n’a jamais plaidé pour lui.
Après le « chiraquisme », c’est autour du « sarkozysme » triomphant qui se tourne après que son représentant flamboyant et « bling-bling » ait pris la qsage décision de prendre sa retraite politique après cet affront infligé par les militants de son parti.
Il pourra, avec du recul, écrire ses mémoires et revenir sur une longue carrière agitée avec ses hauts et ses bas.

Commentaires