PARTAGER

Depuis l’arrestation il y a plusieurs semaines de plusieurs commerçants à travers le territoire soupçonnés de financer le recrutement de terroristes au profit de « Daech » par la vente de produits périmés, , les enquêteurs ne cessent d’aller de surprise en surprise pour découvrir les facilités dont ont bénéficié les prévenus avant d’avoir été arrêtés par le Bureau Central d’Investigation Judiciaire.
Des révélations qui mettent à jour de graves connexions au sein de l’appareil d’état qui annoncent un grand scandale au sein du ministère de la santé et des bureaux de contrôle de l’hygiène au sein des préfectures.
Les commerçants arrêtés ont en effet avoué qu’il avaient acheté le silence des services concernés en versant des pots de vin pour pouvoir écouler sans crainte sur le marché des quantités considérables de produits périmés, aussi bien manufacturés de grande consommation que la viande dé bétail et de volaille et ce, pendant une longue durée.
Cette révélation discrédite complètement ces services et met en doute leur intégrité et leur probité dans l’exercice de leurs fonction, se fourvoyant doublement, en se mettant au service du terrorisme et en facilitant l’empoisonnement des citoyens.
Des développements majeurs sont attendus à la fin des interrogatoires dont le premier à en faire les frais sera le ministre de la santé, premier responsable de l’hygiène et la sécurité sanitaire du pays.

Par Jalil Nouri

Commentaires