Se rendre ou combattre : le clan Kadhafi se divise

Se rendre ou combattre : le clan Kadhafi se divise

172
0
PARTAGER

L’un veut se rendre, l’autre poursuivre le conflit. Deux des fils de Mouammar Kadhafi ont envoyé mercredi soir des messages contradictoires dans les médias, faisaint apparaître des dissensions au sein de la famille du leader libyen toujours en fuite.

Seïf el-Islam, le plus connu des huit enfants de Kadhafi, a appelé les Libyens à engager le combat contre la rébellion sur la chaîne syrienne Arrai. «Chaque Libyen est Mouammar Kadhafi, chaque Libyen est Seif al-Islam, chaque Libyen est Khamis Kadhafi (le fils cadet de Kadhafi, Ndlr). Il faut que tout le monde se soulève. Là où vous vous trouvez face à un ennemi, combattez-le»», a-t-il clamé.
«20.000 hommes sont prêts à se battre à Syrte»

«Je vous parle d’une banlieue de Tripoli. Nous voulons tranquilliser le peuple libyen, nous sommes toujours là, la résistance continue et la victoire est proche», a-t-il assuré sur la chaîne Arrai. Seïf el-Islam a également mis en garde la rébellion contre toute attaque armée envers Syrte, la région natale de son père et bastion du régime. L’armée rebelle a en effet donné aux pro-Kadhafi jusque samedi pour se rendre. «Ils sont les bienvenus, s’ils croient que la bataille de Syrte sera une promenade de santé. 20.000 hommes armés se trouvent dans la ville et sont prêts» au combat, a menacé l’héritier.

La rébellion avait affirmé la semaine dernière avoir arrêté celui qui était vu comme le successeur du colonel à la tête de la Libye. Mais ce dernier paradait dans les rues de Tripoli quelques heures plus tard devant les caméras de télévision. Seïf el-Islam a répété ses provocations en assurant s’être rendu mercredi dans le quartier de Bab al-Aziziya, qui abritait la résidence sécurisée de son père, et qui est tombée le 23 août aux mains des rebelles. «Toutes les déclarations des rebelles sur la victoire ne sont qu’une campagne pour leurrer l’opinion publique», assure-t-il.

«Si ma reddition arrête l’effusion de sang, je suis prêt à me rendre»

Du côté du CNT, on préfère railler les déclarations de l’héritier Kadhafi. «Seïf el-Islam vit dans un rêve», assure le vice-président du CNT. «Les Kadhafi nous ont habitués à annoncer qu’ils ont des dizaines de millions de partisans mais à la fin ils ne sont plus qu’une dizaine à eux tous», sourit Abdel-Hafiz Ghoga. «Ce sera bientôt la fin de ce régime et Kadhafi et ses fils pourront être bientôt présentés devant la justice».

Un autre de ses fils a au contraire lancé un message d’apaisement au CNT mercredi soir sur la chaîne al-Arabiya. Saadi Kadhafi, ancien footballeur, a qualifié de «frères» les membres de la rébellion, et ne voit «aucun problème à ce qu’ils soient au pouvoir». Il est également prêt à se rendre. «Si ma reddition arrête l’effusion de sang, je suis prêt à me rendre dès ce soir», a-t-il affirmé.

Cette initiative a été accueillie favorablement par le CNT, qui confirme être en négociation avec Saadi Kadhafi depuis mardi. «Il est un peu hésitant, mais s’il veut se rendre, nous assurerons sa sécurité, Inch Allah», a affirmé le vice-président du conseil militaire, Mehdi Harati.

Le chef militaire rebelle de Tripoli, Abdelhakim Belhadj, avait assuré auprès d’al-Jezira, avoir «eu une conversation téléphonique avec Saadi, durant laquelle il a demandé à faire partie de la révolution et à avoir des garanties pour qu’il puisse revenir auprès de son peuple à Tripoli». Le CNT et l’Otan ignore où se trouve Saadi, tout comme quatre autres fils du colonel Kadhafi. Ces trois autres enfants ont fui en Algérie «pour des raisons humanitaires».

 

lefigaro.fr_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires