Sécheresse en Somalie: report du pont aérien de l’ONU, l’aide se fait...

Sécheresse en Somalie: report du pont aérien de l’ONU, l’aide se fait attendre

326
0
PARTAGER

Un premier avion de l’agence onusienne transportant 14 tonnes d’aliments hautement nutritifs devait décoller mardi à la mi-journée de Nairobi.

 

Mais, pour des raisons d’autorisations douanières, il n’a pas encore pu quitter Nairobi et le PAM espère désormais qu’il « puisse décoller mercredi », selon le porte-parole de l’agence dans la capitale kényane, David Orr.

D’autres vols seront encore prévus dans les jours suivants à destination de Mogadiscio, mais également des villes éthiopienne de Dolo et kényane de Wajir, le long de la frontière avec la Somalie.

Au delà de l’effet d’annonce, l’ampleur et les modalités exactes de ce « pont aérien » restait néanmoins à préciser, en particulier le nombre de vols et les quantités transportées.

Selon le PAM, il s’agit dans un premier temps d’acheminer du Plumpy’sup, aliment énergétique à base d’arachide, conçu et commercialisé par la société française nutriset. Les 14 tonnes prévues pour Mogadiscio ont été d’ailleurs amenées depuis la France en fin de semaine dernière.

Le Plumpy’sup est utilisée dans la lutte contre la malnutrition infantile, sévère et modérée, et distribuée dans les centres de santé gérés par les organisations partenaires.

Ces denrées seront déposées sur les pistes de l’aéroport international de Mogadiscio, principale base des 10.000 soldats de la force de paix de l’Union africaine (Amisom) qui interviennent en soutien au fragile gouvernement de transition somalien et contrôle un peu plus de la moitié de la ville face aux insurgés islamistes shebab.

Se réclamant d’Al-Qaïda, les shebab tiennent la presque totalité du centre-sud de la Somalie, où plusieurs organisations humanitaires, dont le PAM, sont persona non grata depuis fin 2009 et ne seront pas autorisées à revenir malgré la crise, ont prévenu les islamistes.
Historiquement très présent dans le pays, le PAM dispose à Mogadiscio d’un grand hangar sur les quais du port, tenu par les forces pro-gouvernementales, et où ses bateaux n’ont jamais cessé ces deux dernières années d’acheminer et stocker de l’aide malgré les combats.
La directrice du PAM, Josette Sheeran, avait annoncé lundi depuis Rome le lancement pour le lendemain de ce « pont aérien », lors d’une conférence internationale des pays donateurs.
La rencontre a été une nouvelle l’occasion pour l’ONU d’appeler à une « aide internationale massive et urgente » en faveur de la Corne de l’Afrique, dont les effets tardent pour l’instant à se concrétiser sur le terrain.

La sécheresse menace 12 millions de personnes dans la région, selon les Nations Unies. La situation est particulièrement critique en Somalie, où l’ONU a décrété formellement la famine dans deux provinces du sud, contrôlées par les insurgés islamistes shebab.

La réunion de Rome avait été également l’occasion pour le ministre français de l’Agriculture Bruno Le Maire d’annoncer la tenue ce mercredi d’une nouvelle conférence des donateurs, cette fois à Nairobi. Des sources diplomatiques et onusiennes ont indiqué qu’il s’agissait d’une simple réunion mensuelle et « au niveau technique » sur la Somalie.
Selon le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, il faut 1,6 milliard de dollars rien que pour la Somalie, où « des enfants et des adultes meurent chaque jour à un rythme terrifiant ».

Depuis leur base de Nairobi –plate-forme humanitaire régionale pour la Somalie–, les agences onusiennes, confrontées jusqu’à il y a peu à une baisse régulière de leurs financements, multiplient ainsi les appels aux dons pour venir en aide « aux enfants qui meurent de faim ».

Selon le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), ce sont quelque 40.000 personnes fuyant la famine qui ont convergé vers Mogadiscio en quête d’eau et de vivres depuis début juillet, et environ 100.000 ces deux derniers mois.

Les premières distributions massives d’aide alimentaire en zone shebab ont débuté ce week-end, avec la distribution par le Comité international de la Croix Rouge (CICR) de près de 400 tonnes de nourriture dans la province de Gedo.
« Les distributions continuent, mais nous communiquerons quand elles seront achevées », a précisé à l’AFP le porte-parole du CICR à Nairobi, Yves Van Loo.

Depuis deux ans, les shebab s’opposaient par principe à ces distributions directes aux populations, estimant qu’elles contribuent à créer un lien de dépendance et déstabilisent le marché agroalimentaire local.

Plusieurs ONG, dont le CICR et Médecins sans frontières (MSF), travaillent aujourd’hui dans les zones shebab, sous une pression constante et sans présence expatriée.

AFP___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires