PARTAGER
Les prochains jours seront très importants pour l’évolution de la crise du Sahara et l’évolution de la recherche d’une solution à la lumière des derniers développements survenus dans les relations compliquées et tendues entre le Maroc et le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, qui a fait preuve d’impartialité lors de sa dernière visite controversée dans la région. Ce dernier doit présenter vendredi prochain 8 avril devant le Conseil de Sécurité son rapport annuel sur la situation dans ce conflit et les avancées, s’il y en a, dans le processus de pacification fortement compromis après sa malheureuse sortie.
Suite à ses propos controversés au sein même de ce conseil et après la polémiqué créée et la vive réaction du Maroc qui a pris des mesures de rétorsion à l’égard de la force de la paix onusienne au Sahara, il est fort probable que le secrétaire général ban Ki Moon soit tenté de hausser le ton une nouvelle fois et de dénaturer le rapport en masquant certains faits qui lui sont reprochés quitte à mettre le royaume dans une position qui lui serait défavorable sur le papier, en guise de baroud d’honneur avant de quitter l’ONU au terme de son mandat et laisser un dossier tronqué et lourd de contre-vérités à son successeur. Mais dans cette éventualité que le royaume redoute déjà, ce dernier aurait activité ses soutiens dans les grandes capitales pour parer à toute mauvaise surprise lors du vote sur le rapport fourni par Ban Ki Moon.
Par Jalil Nouri

Commentaires