PARTAGER

Après plus de cinq mois de séquestration dans les camps du Polisario, la jeune Maloma Morales, fille adoptive d’un couple espagnol, vient enfin de donner signe de vie.

La jeune Sahraouie est retenue depuis le 12 décembre dernier, sans doute contre sa volonté, par les membres de sa famille biologique. L’organisation Human Rights Watch ainsi que l’ONU se sont émus de son cas qu’elles considèrent comme une « privation illégale de liberté », alors que le gouvernement espagnol assure qu’il s’agit d’un « cas très complexe ».

Elle s’était rendue sur place pour rendre visite à sa mère biologique gravement malade avant d’être capturée par son grand frère et d’autres membres de sa famille le jour où elle devait revenir en Espagne, nous apprend le journal lavanguardia.com. Depuis, sa famille adoptive s’inquiète et essaie de médiatiser son cas. « Nous ne savions pas où elle était. Si elle allait bien ou s’il lui était arrivé quelque chose. Ce fut une immense angoisse », a déclaré son compagnon.

Agée aujourd’hui de 22 ans, la jeune femme avait commencé dès l’âge de 7 ans à passer les vacances d’été dans la localité de Mairena del Aljarafe (Province de Séville) où elle a été prise en charge par la famille Morales. Dès l’âge de 12 ans, elle décide de vivre définitivement en Espagne et à 18 ans elle fait une demande de nationalité, qu’elle obtient. Un an plus tard, elle entame les démarches d’adoption.

Malgré l’appel téléphonique de ce début de semaine, la famille de Maloma est toujours inquiète. Selon des données publiées par les autorités marocaines, au moins 150 jeunes femmes se trouvent dans la même situation.

Commentaires