Service national médical: Appel au dialogue et au consensus

Service national médical: Appel au dialogue et au consensus

531
0
PARTAGER
Les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur soulignent la nécessité de respecter « le principe du consensus » entre toutes les parties concernées par le projet de service national médical.

Ils affirment que le dialogue « demeure le moyen idéal pour résoudre tous les problèmes posés ».

Les deux départements « appellent les étudiants en médecine, pharmacie et en médecine dentaire ainsi que les médecins internes et résidents à faire prévaloir l’intérêt général et à rejoindre les centres de formation et les bancs de la faculté », indique un communiqué du ministère de la Santé relayé lundi par la MAP, ajoutant que les doyens et directeurs des établissements hospitaliers tiendront, mardi, des réunions avec des parents d’étudiants en médecine à Casablanca, Marrakech, Fès et Oujda pour apporter plus d’éclaircissements sur ce dossier.

Selon le communiqué, une série de réunions a été tenue avec les représentants d’étudiants en médecine et de médecins internes et résidents sous la présidence des ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur, en présence des secrétaires généraux des deux départements, des doyens des facultés de médecine et des directeurs des établissements hospitaliers et universitaires afin d’examiner et de chercher les solutions appropriées aux revendications des médecins internes et résidents et des étudiants en médecine, pharmacie et médecine dentaire.

Lors de ces réunions, il a été procédé à l’examen du projet de service national médical et des solutions aux revendications ont été trouvées avec l’accord de l’ensemble des parties, fait savoir le communiqué, qui souligne que des procès-verbaux de ces réunions ont été signés par les représentants des étudiants et des médecins internes et résidents.

Le ministère de la Santé souligne que l’accès des citoyens aux services de santé est devenu un droit constitutionnel que le gouvernement tâche d’assurer au moment où le pays est classé parmi 57 pays qui souffrent d’un grave déficit en ressources humaines dans le secteur de la santé selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé.

Le même département ajoute que le système de santé pâtit d’une mauvaise répartition des ressources humaines, qui s’est accentuée avec la hausse des départs à la retraite parmi les médecins et les infirmiers.

Grand déficit en ressources humaines

Une stratégie a été mise en place pour combler le grand déficit en ressources humaines portant sur la hausse des postes budgétaires, dont le nombre est passé à plus de 3.900 en 2013, à plus de 2.800 en 2014 et à plus de 2.900 en 2015, le renforcement des infrastructures et la mise à disposition des équipements biomédicaux pour améliorer les conditions de travail des professionnels, pour lesquels le gouvernement a mobilisé près d’un milliard de DH, ainsi que sur une répartition juste des ressources humaines sur l’ensemble des régions du Royaume.

Le ministère affirme que l’élaboration du projet de service médical national a eu lieu dans le cadre de cette stratégie, ajoutant que ce projet contient une série d’idées qui peuvent être discutées ou modifiées.

Le ministère de la Santé est disposé à examiner toutes les alternatives que soumettront les représentants des étudiants en médecine et des médecins internes et résidents et prendra le temps nécessaire pour l’examen du projet avec l’ensemble des parties concernées, indique le communiqué, ajoutant que ce département a pris les mesures nécessaires pour mettre en œuvre les solutions convenues, à savoir le versement des indemnités de garde et de service obligatoire, la hausse des indemnités accordées aux étudiants en médecine, aux dentistes et aux pharmaciens, l’organisation de stages dans les institutions de Cheikh Khalifa et Cheikh Zayed à travers l’activation de l’accord de partenariat avec ces deux institutions tout en permettant aux médecins internes de choisir leurs spécialités.

Ces mesures portent également sur la couverture médicale des étudiants, dont l’accès aux soins de santé et aux vaccins sera facilité, la sécurité dans les centres hospitaliers en coordination avec le ministère de l’Intérieur, la mise à niveau des établissements hospitaliers et la discussion du reste des revendications matérielles avec les ministères concernés.

En réponse aux revendications des étudiants en médecine, il a été décidé de reporter le concours d’embauche de cette catégorie à décembre prochain et ce après la tenue de concours des médecins internes et résidents, qui seront organisés respectivement le 2 et le 16 novembre prochain, indique le communiqué, qui souligne que les étudiants en médecine dentaire et les pharmaciens ne sont pas concernés par le projet de service national médical.

Commentaires