Sida en RDC : MSF lance un cri d’alarme

Sida en RDC : MSF lance un cri d’alarme

212
0
PARTAGER

 

Le sida en RDC est une urgence ignorée. C’est le cri d’alarme lancé par l’ONG Médecins sans Frontières. Seule une petite minorité de malades a accès aux traitements antirétroviraux. En fait, 85% des malades sont privés de tout traitement. MSF compte mener campagne pendant toute cette année 2012 pour alerter les pays donateurs, et pour faire en sorte que les autorités se mobilisent.

Dans ce petit hôpital public de Kinshasa, géré par MSF, on traite les malades du sida à raison de 120 consultations par jour. Seulement 29 places en hospitalisation, permettent de traiter les malades les plus graves. C’est une salle commune, avec un espace séparé pour ceux qui sont atteints de la tuberculose.

Le docteur Maria Mashako déplore que l’on ne puisse pas les soigner plus tôt : « Les patients nous arrivent à des stades extrêmement avancés, ce qui diminue beaucoup leurs chances de s’en sortir. Nous avons un taux de mortalité estimé à 20%. C’est énorme pour un hôpital ! »

MSF estime à un million le nombre de porteurs du virus dans le pays. Un tiers a besoin de traitements antirétroviraux. Seuls 15% en bénéficient. La RDC est en bas du tableau mondial pour l’accès aux traitements. En cause : pas assez de mobilisation, et le manque d’argent, même du côté du Fonds mondial contre le sida.

« Le problème vient actuellement du désinvestissement du Fonds mondial, explique le docteur Thierry Dethier. Par exemple, je veux citer l’Espagne, l’Italie, qui n’ont plus versé d’argent, qui ont même des arriérés de paiement, ou d’autres acteurs comme l’Angleterre ou la Hollande, qui ont diminué leur contribution au fonds. Ils continuent, mais ils diminuent la contribution. »

« Le sida en RDC l’urgence ignorée » est le titre de la campagne d’appel au secours que lance MSF.

 

rfi.fr__________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires