PARTAGER

La chambre des représentants s’apprête à vivre dans les prochains jours, une situation complexe et unique de toute son histoire, puisqu’il s’agit de la discussion sur le projet de loi de finances pour l’année 2016 et de la position que prendront les députés du PJD qui promettent de bloquer ce projet si son article 30 n’est pas modifié.
Jamais le parlement n’a vécu un pareil cas dans lequel des députés de la majorité membres du parti qui la dirige, s’opposer frontalement à l’un des ministres issu de celle-ci. On l’aura compris, cet article 30 qui a fait les choux gras de la presse oppose le chef du gouvernement à ses ministres des finances et de l’agriculture après que ces deux derniers aient décidé, à son insu, de retirer sa signature et la remplacer par celle du ministre de l’agriculture pour gérer un fonds de 55 milliards dédié au développement du monde rural. Le premier ministre s’en est offusqué devant tout le gouvernement et les députais du parti islamiste du PJD ont décidé de laver l’honneur de leur chef en déplaçant le débat au parlement pour faire payer cher au deux ministres leur coup bas.
Ils ont décidé, tout remontés, de ne lâcher prise et de ne voter le projet de loi de finances, qu’une fois leur leader, Abdelilah Benkirane, rétabli dans sa dignité bafouée.
Ce sera donc, ou la modification de l’article 30 pour que le fonds de développement du monde rural soit soumis à la signature de ce dernier ou le blocage pur et simple du projet de loi de finances. Un bras de fer qui promet bien des passes d’armes dans l’hémicycle.

Par Jalil Nouri

Commentaires