PARTAGER

Aucun campus au Maroc ne peut prétendre vivre les mêmes événements que connait celui de l’université Sidi Mohammed Ben Abdellah dans la capitale spirituelle qui partage, seule exception, avec celui de celui de Marrakech, le triste privilège d’enregistrer chaque année à la veille des examens un climat d’une grave tension qui est allé jusqu’à faire des morts par le passé. Tout dernièrement, les élèves de la faculté des lettres croyant venir passer leurs examens en toute tranquillité se sont vus interdire l’accès des amphithéâtres par des groupes de militants se réclamant de la gauche radicale et qui ont fait de cette université leur bastion depuis des années y faisant régler leurs propres lois et ne reconnaissant guère les circulaires ministérielles. Comme lors de situations similaires précédentes, les autorité ont du faire intervenir les forces de sécurité pour libérer les accès, mais ces dernières ont été accueillies à coups de jets de pierres faisant plusieurs blessés graves dans leurs rangs. Depuis, le campus a été transformé en champs de guerre avec des risques d’année blanche qui se profilent à l’horizon tout comme la menace d’un pourrissement de la situation après l’arrestation de plusieurs dizaines d’étudiants et dont les procès jetteront de l’huile sur le feu avec leurs débordements habituels. Cette situation qui fait craindre le pire,rappelle que cette université vit une véritable malédiction depuis des lustres sans qu’aucun gouvernement n’ait réussi jusqu’à ce jour à y ramener une vie universitairenormale.

Par Jalil Nouri

Actu-maroc.com

Commentaires