Soldats «retournés» en Afghanistan: l’Otan réfute la thèse de l’infiltration talibane

Soldats «retournés» en Afghanistan: l’Otan réfute la thèse de l’infiltration talibane

160
0
PARTAGER

« Les attaques contre les soldats de la coalition sont en majorité liées à des individus, des rancoeurs personnelles, des problèmes d’ordre privé ». voilà la ligne défendue par l’Alliance atlantique en Afghanistan. Depuis le début de l’année, 17 soldats étrangers ont été abattus par des membres des forces de sécurité afghanes. Dont 5 français, en janvier 2012, sur la base avancée de Gwan en Kapisa, qui a depuis été évacuée par les troupes françaises.

De leur côté, les talibans ne manquent pas de revendiquer ces actions, détaillant presque à chaque fois le parcours de leurs combattants. L’Otan reconnaît que ces attaques ont « effrité la confiance entre les forces de sécurité afghanes et les membres de la coalition ». Mais refuse d’évoquer la mise en place de réseaux structurés permettant aux insurgés d’infiltrer les rangs de la coalition. Dans un pays où un agent de l’Etat peut être corrompu pour quelques dollars, de tels réseaux existent pourtant, assurent des sources militaires afghanes.

Les pays membres de l’Alliance prennent toutefois très au sérieux ces cas de militaires afghans retournés, renforçant la surveillance des soldats de l’ANA (Armée nationale afghane) par leurs propres services de renseignement et en n’acceptant de travailler qu’avec les militaires afghans formés par leur soin. C’est le voeux des millitaires français. Une autre possibilité serait le recours systématique à des données biométriques pour indentifier les nouvelles recrues de l’armée afghane.

 

rfi.fr ______________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires