PARTAGER
« La vie a plus d’imagination que toi » tel est le titre du livre autobiographique que s’apprête à sortir la semaine prochaine, la ministre française d’origine marocaine, malgré la conjoncture politique actuelle concentrée sur l’élection présidentielle dont le premier tour aura lieu dans deux mois. Najat Belkacem qui a fait un parcours sans faute dans le gouvernement socialiste en prenant en charge des postes très exposés qui allaient lui valoir des attaques sur ses origines arabes, avait pourtant promis de ne jamais rien révéler d’elle pour rester en conformité avec sa réputation de personne réservée et introvertie.
Dans son livre qui sera, à n’en point douter, un succès de librairie à défaut d’être un événement politique, Najat BelKacem, la seconde marocaine, après Rachida Dati à devenir ministre dans un gouvernement en France, raconte son enfance dans les montagnes du Rif où à l’age de cinq ans, elle allait chercher l’eau dans les puits de son village avant que son destin ne prenne une autre trajectoire en rejoignant son immigré de père en France où elle doit rattraper un grand retard linguistique pour se mettre à niveau dans sa future scolarité qui la conduira bien plus tard à Sciences Po Paris. En politique justement et contrairement à ce que l’on pourrait penser, Najat Belkacem ne fera ses premiers pas qu’en 2002, quand elle pleure à l’idée de savoir que l’extrême droite risque de remporter l’élection présidentielle comme aujourd’hui avec Marine Le Pen. La suite de l’histoire est à lire absolument. L’histoire d’une belle réussite d’une ministre française et qui se confond avec celle de la petite rifaine qui aurait pu finir bergère dans les montagnes marocaines.

Commentaires